Athletisme

David Avram, l'homme qui dépasse les bornes de toutes ses forces

Posté le 24 jui, à 08h30

24h de Braine

A Braine (France), du 17 au 18 juin
 
Interview de David Avram, après son nouvel exploit aux 24h de Braine les samedi 17 et dimanche 18 juin, durant lequel il est parvenu à allier un grand moment de partage et festif à sa prouesse sportive afin de récolter des fonds pour lutter contre la neurofibromatose.
Site internet > Cocci N' Roule / Site officiel > 24h de Braine
 
Brièvement qui est David Avram ?
C'est un homme engagé et au grand coeur de 55 ans, il est le président de Cocci N' Roule, atteint de neurofibromatose, une maladie génétique rare qui provoque des tumeurs le long des nerfs. Sa grande passion est le course sur route, d'ailleurs son surnom pourrait être l'homme qui dépasse les bornes.
 
Coeur Handsiport (CH) : Pensais tu atteindre la barre des 164 km lors des 24h de Braine ?
David Avram : A la base je voulais faire les 24h sur une piste de karting, et je visais 200 km au minimum. Mais nous nous sommes rapidement rendu compte avec mon équipe que si on faisait cela sur une piste sous la forme d'un événement sportif, nous n'étions pas dans la philosophie des projets que j'ai pu réaliser comme les 1000 km en juin 2016 et des différents projets de partage à venir...
Donc on a fait cela à Braine, sur une route ouverte à la circulation, cela a eu une influence car il faut respecter le code de la route. Alors on avait tout de même maintenu le cap des 200 km au cas ou il n'y avait pas grand monde pour m'accompagner. 
Mais 1 heure 30 après mon départ, j'ai vite compris que l'on ne pourrait pas faire les 200 km car il y avait beaucoup de monde autour de moi. Il fallait donc faire un choix, est ce que l'on garde un aspect festif, c'est à dire rouler à la même allure qu'un enfant en trottinette par exemple. Ou rouler en étant dans ma bulle en oubliant tout le monde. 
J'ai donc fais le choix naturel avec la personne qui me suivait psychologiquement, de laisser tomber les 200 km car ce n'est qu'un chiffre et je roule avec les personnes qui m'accompagnent. Par moment j'ai été entouré par une quinzaine de personnes dont des enfants, qui étaient en vélo, en roller, en trottinette, en hoverboard... 
 
CH : De toute façon il n'y avait pas d'officiel pour un éventuel record ?
David Avram : En effet, les 200 km comme je le disais auparavant n'était qu'un plan B au cas où peu de personnes seraient venues m'accompagner. 
Ce chiffre n'aurait été que symbolique, même s'il y avait eu un record, ce n'était pas dans la prérogative, par contre c'était avant tout pour se dire va au bout de tes efforts, fais ce que tu peux et crois en toi donc on ne voulait pas d'officiel. 
 
CH : Tu étais dans quel état d'esprit à l'arrivée des 24h ?
David Avram : J'ai eu plusieurs phases, vers 5h30 du matin je me suis blessé à l'épaule donc de 5h30 jusqu'à 13h30 c'état un gros combat mental avec moi même. Puis à partir de 13h30 comme il ne restait qu'une heure trente, j'ai fais trente minutes tranquillement jusqu'à 14h. Pour finir la dernière heure jusqu'à 15h, j'ai fais les tours avec les personnes qui étaient sur le village, les membres de mon association Cocci N' Roule... C'était très festif, cela a permis de me relâcher et à l'arrivée la pression est tombée car j'avais peur de ne pas réussir.
 
J'ai ressenti une grande fierté de l'avoir fait, j'ai pensé à ma famille et je me suis dit que je l'avais fait aussi pour les enfants malades. Cette sensation de grande fierté et de relâchement/soulagement. Cela a permis d'en oublier cette fatigue et la pression que j'ai eu pendant l'effort. 
 
CH : Même si c'est dur de faire parallèle mais as tu vécu de la même façon les 24h et les 1000 km ?
David Avram : Comme on fait avait le choix de quelque chose d'humain et de festif, et sur la façon de dialoguer avec les accompagnants, il y avait toujours quelqu'un à qui parler même quand j'étais dans le dur, j'ai jamais été seul. Les personnes venaient se greffer et pour nous c'était important que ces personnes soient là et s'approprient le projet. Comme les 1000 km, il fallait que cela soit le projet de tout le monde. C'était très similaire sur l'aspect humain et l'aspect de partager le projet, car on a pu rencontrer beaucoup de personnes en situation de handicap.
 
Après les 24h, cela a été beaucoup plus dur que les 1000 km, même si je le savais, car sur les 1000 km, il y avait des phases de repos et je pouvais gérer mes 80km par jour comme je voulais. Mais là physiquement tu es 24h dans un fauteuil dans une position qui n'est pas habituelle, comme une coquille d'oeuf. Puis il faut tenir mentalement et psychologiquement notamment durant la nuit blanche. 
 
CH : Après tes grands deux défis des 1000 km et des 24h, programmes-tu un nouveau défi ? 
David Avram: C'est plus ou moins prévu, l'année prochaine j'aimerai refaire une course avec des étapes comme les 1000 km mais sur une plus courte distance. L'idée serait de faire le tour de la région des Hauts de France. Mais toujours en gardant à l'esprit que le projet appartient à tout le monde. A chaque étape, le but serait de rencontrer des personnes touchées par la maladie ou le handicap. Et qu'il y ait des moments conviviaux chez ces personnes ou sur la commune pour parler handicap.
L'important est de trouver un sens, un parallèle pour que le maximum de personnes s'approprient le projet.
 
 
Pour finir David Avram, tient à remercier tout le monde, les partenaires, les bénévoles, les membres de son association ainsi que les personnes qui ont pu l'encourager !
"Que la vie est belle, car quoi qu'il arrive dans la vie, la vie est belle..."
 
 
Merci à David Avram, pour le temps accordé à Coeur Handisport pour cette interview ; nous lui souhaitons de bien récupérer physiquement car à ce jour il a encore son bras en écharpe pour quelques jours suite à sa blessure à l'épaule lors des 24h.
LA VIE EST BELLE !
 
Source photo : David Avram 
Article : Coeur Handisport
Avec : David Avram.
Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message