Athletisme

L'exploit incroyable de l'athlète unijambiste Guy Amalfitano

Posté le 07 nov, à 10h15

La Traversée de l'Espoir

A . (Canada), du 14 mai au 06 novembre

 

L’athlète unijambiste Guy Amalfitano termine avec succès sa Traversée de l’espoir transcanadienne ce lundi. Un périple de 7 600 kilomètres qu’il a avalé en 177 jours de course.

 

Après 177 jours de marathon quotidien (42,94 km/jour), au départ de Saint-Jean de Terre-Neuve, le Kangourou orthézien Guy Amalfitano parvient à boucler un incroyable exploit. Ce lundi à 18h00 heure locale (03h00 heure française), l’athlète unijambiste a franchi la ligne d'arrivée à Vancouver son périple transcanadien sur les traces et en mémoire de son inspirateur Terry Fox.

 

Pour l’accueillir, une réception était prévue devant l’hôtel de ville de la cité canadienne bordant l’océan Pacifique. Il versera officiellement à cette occasion l’ensemble des dons qu’il a collecté au fil de son parcours à la Société canadienne du cancer.

 

Dans quelques jours, le public orthézien aura également l’occasion de communier avec l’athlète et d’entendre le récit de ses aventures.Une petite fête est en effet prévue sur le parvis de la mairie pour son retour en France le vendredi 10 novembre, à partir de 15h30.

 

Guy Amalfitano :

C'est à seulement 17 ans, que la vie de Guy Amalfitano bascule. Atteint d’un cancer virulent qui aurait pu l’emporter, il perd sa jambe droite. Pendant sa longue convalescence à l’hôpital, il tombe sur un reportage qui va lui sauver la vie. Ou en tout cas, lui donner un nouveau sens. Il découvre un jeune canadien, Terry Fox, amputé comme lui d’une jambe, qui a décidé de traverser de part en part le Canada. Guy reprend espoir, se rassure et décide de reprendre le sport.

 

A savoir : Il utilise des béquilles spécialement conçues pour lui avec des gros amortisseurs aux bouts pour limiter les chocs et des poignées adaptées pour éviter l’échauffement de ses mains. Guy a également développé une technique de course particulière, il fait un cloche pied en plus à chaque pas, ce qui lui permet d’avoir un bon rythme et d’atteindre une vitesse moyenne de course de 8 à 10 kilomètres/heure. Une technique qui lui vaut le surnom de « Kangourou », qui est désormais tatoué sur son mollet.

 

Photo : Guy Amalfitano

Article : Coeur Handisport

Avec : Guy Amalfitano.
Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message