Classifications

Aquathlon

PT1

PT1 : Athlètes en fauteuil roulant. Cette catégorie inclut les athlètes ayant une limitation d'activité semblable et un handicap de, mais non limité à la force musculaire, l’absence d’un membre, l’hypertonie, l’ataxie, l’athétose qui empêchent de rouler en toute sécurité avec un vélo classique et de courir. A travers l’évaluation de la classification, ces athlètes doivent avoir un score maximum de 640,0 points. 

PT2

PT2 : Cette catégorie inclut les athlètes ayant une limitation d'activité semblable et un handicap de, mais non limité à l’absence d’un membre, l’hypertonie, l’ataxie et ou l’athétose, la réduction de la force musculaire ou de l’amplitude de mouvement qui, par l’évaluation de la classification, possèdent un score maximum de 454,9 points. 

PT3

PT3 : Cette catégorie inclut les athlètes ayant une limitation d'activité semblable et un handicap de, mais non limité à l’absence d’un membre, l’hypertonie, l’ataxie et ou l’athétose, la réduction de la force musculaire ou de l’amplitude de mouvement qui, par l’évaluation de la classification, possèdent un score compris entre 455,0 et 494,9 points. 

PT4

PT4 : Cette catégorie inclut les athlètes ayant une limitation d'activité semblable et un handicap de, mais non limité à l’absence d’un membre, l’hypertonie, l’ataxie et ou l’athétose, la réduction de la force musculaire ou de l’amplitude de mouvement qui, par l’évaluation de la classification, possèdent un score compris entre 495,0 et 557,0 points.

PT5

PT5 : Déficience visuelle totale ou partielle (tel que défini en sous-catégories B1, B2, B3 par l’IBSA/IPC). Cette catégorie inclut les athlètes qui sont totalement aveugles, de l'absence de perception de la lumière dans les deux yeux, à une certaine perception de la lumière, mais incapables de reconnaître la forme d'une main à n'importe quelle distance ou dans n'importe quelle direction (B1) et les athlètes malvoyants avec une acuité visuelle inférieure à 6/60 ou ayant un champ visuel inférieur à 20 degrés avec la meilleure correction de la vision (B2- B3). Ils doivent obligatoirement être accompagnés d’un guide pendant toute la course.

Athletisme

F11

F11 - déficient visuel : aucune vision, guide obligatoire

 

En athlètisme, dans les catégories T11 et F11, les sportifs sont atteints d'une cécité totale.

Les courses et le saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

Pour les lancers, personne n'est présent dans la zone de réception (référence au guide) et les athlètes doivent optimiser et gérer leur élan notamment pour ne pas mordre la zone de lancement délimitée.

F12

F12 - déficient visuel : vision très limitée, guide autorisé

 

En athlètisme, dans les catégories T12 et F12, les sportifs sont atteints d'une cécité sévère. 

Les courses et le saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

Pour les lancers, personne n'est présent dans la zone de réception et les athlètes doivent optimiser et gérer leur élan notamment pour ne pas mordre au delà de la zone de lancement délimitée.

F13

F13 - déficient visuel : vision limitée, sans guide

 

En ahtlètisme, dans les catégories T13 et F13, les sportifs sont atteints d'une cécité légère.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

En lancer, aucune guide ni aucune adaptation n'est effectuée pour les athlètes.

F20

F20 déficience intellectuelle - est organisée par la Fédération Française du Sport Adapté – FFSA

 

En athlétisme, les athlètes des catégories T20 et F20 présentent une déficience intellectuelle, ils n'ont donc aucun handicap physique. 

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

Les athlètes de cette catégorie doivent avoir un QI évalué en deçà de 75 avant la majorité. Ils doivent également avoir une déficience dans deux des quatre domaines que sont : l'autonomie, la socialisation, la communication ou la motricité, ainsi qu'une incidence de leur déficience sur la pratique sportive. Cela se traduit généralement par des problèmes de repères dans l'espace et le temps, la difficulté à gérer les courses, les concours de sauts et de lancers, mais également la gestion de l'environnement.

Ces athlètes nécessitent une pédagogie spécifique et beaucoup plus longue dans les apprentissages de la discipline. L'acccompagnement humain du coach et de l'entouage sont donc particulièrement importants. 

F31

F31 athlètes concourant en fauteuil

 

En athlétisme, pour les épreuves de lancer, les athlètes de la catégorie F31, doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte majeure des quatres membres et du tronc.

Ces épreuves de lancers, concernent uniquement la massue. Les lancers se font donc en fauteuil dont la hauteur est réglementée. Les distances obtenues sont donc très courtes car la prise d'élan n'est pas possible. L'élan se limite aux membres supérieurs. 

Le fauteuil ou siège de lancer est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher avec un angle optimum par rapport au sol. 

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège du lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F32

F32 - paralysie cérébrale : quadriplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, les athlètes de la catégorie T32 et F32 doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale.avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte majeure des quatres membres et du tronc.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Du fait des lésions cérébrales, les athlètes souffrent de problèmes de coordination et de contraction musculaire involontaire. De plus, l'atteinte aux mains rend difficle la transmission de force aux roues du fauteuil. La force exercée par les membres supérieurs de ces athlètes est limitée.

F33

F33 - paralysie cérébrale : triplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T33 et F33, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte savère des membres supérieurs et du tronc, un handicap majeur des membres inférieurs.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les lancers se font donc en fauteuil dont la hauteur est réglementée. Les distances obtenues sont donc très courtes car la prise d'élan n'est pas possible. L'élan se limite aux membres supérieurs. 

Le fauteuil ou siège de lancer est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher avec un angle optimum par rapport au sol. 

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège du lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F34

F34 - paralysie cérébrale : diplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, dans la catégorie T34 et F34, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs et du tronc, un handicap sévère d'un membre inférieur.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les lancers se font donc en fauteuil dont la hauteur est réglementée. Le fauteuil ou siège de lancer est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher avec un angle optimum par rapport au sol. 

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège du lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F35

F35 - paralysie cérébrale : diplégiques spastiques (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T35 et F35, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs, un handicap sévère des membres inférieurs et du tronc.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Pour les lancers, les problèmes de coordination limitent la capacité d'accélération du geste de lancer. Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet. 

F36

F36 - paralysie cérébrale : athétosiques (athlètes concourant debout)

 

En athlétisme, dans la catégorie T36 et F36, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs et du tronc, un handicap sévère des membres inférieurs.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Pour les lancers, les problèmes de coordination limitent la capacité d'accélération du geste de lancer. Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F37

F37 - paralysie cérébrale : hémiplégiques sévères (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T37 et F37, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte sévère à un membre supérieur, au membre inférieur associé et au tronc de manière latérale. 

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les athlètes doivent donc faire face à un déséquilibre dû à l'atteinte d'un côté du corps. Les départs sont donc difficiles en course et à l'impulsion pour les épreuves de saut. 

Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F38

F38 - paralysie cérébrale : hémiplégiques légers (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T38 et F38, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à :

- Un handicap léger à un membre supérieur, au membre inférieur associé et au tronc de manière latérale

- Un handicap léger des deux jambes

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les athlètes doivent donc faire face à un déséquilibre dû à l'atteinte d'un côté du corps. Les départs sont donc difficiles en course et à l'impulsion pour les épreuves de saut. 

Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F40

F41 athlètes de petite taille (athlètes concourant debout)

En athlètisme, pour les épreuves de lancer, les sportifs de la catégorie F40 doivent présenter une taille inférieure à 1m30 chez les hommes et 1m25 chez les femmes.

La hauteur du lâcher de l'engin est limitée, ce qui impacte directement la performance possible. L'amplitude du geste de lancer, et donc la capacité de l'athlète à agier sur l'engin, sont limités du fait de la petite taille des membres supérieurs de l'athlète.

F41

F41 athlètes de petite taille (athlètes concourant debout)

En athlètisme, pour les épreuves de lancer, les sportifs de la catégorie F41 doivent présenter une taille inférieure à 1m45 chez les hommes et 1m37 chez les femmes.

La hauteur du lâcher de l'engin est limitée, ce qui impacte directement la performance possible. L'amplitude du geste de lancer, et donc la capacité de l'athlète à agier sur l'engin, sont limités du fait de la petite taille des membres supérieurs de l'athlète.

F42

F42 amputés fémoraux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, dans la catégorie T42 et F42, les sportifs présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un des membres inférieurs

- L'absence d'un membre inférieur

- L'absence des deux memebres nférieurs

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

En lancer, la réalisation de l'élan est plus complexe du fait des problèmes d'équilibre à gérer. Ce dernier est souvent incomplet. 

Le geste final des athlètes peut donc être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F43

F43 amputés tibiaux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, dans la catégorie T43 et F43, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Un handicap total au niveau d'un tibia et du pied

- Une atteinte totale des deux tibias et des pieds  

- L'absence d'un membre en dessous du genou

- L'absence des deux membres en dessous des genoux

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

En lancer, l'élan est parfois incomplet du fait de la difficulté à utiliser efficacement la prothèse en situation de lancer. 

Le geste final des athlètes peut donc être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F44

F44 amputés tibiaux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, dans la catégorie T44 et F44, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Un handicap total au niveau d'un tibia et du pied

- Une atteinte totale des deux tibias et des pieds  

- L'absence d'un membre en dessous du genou

- L'absence des deux membres en dessous des genoux

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

En lancer, l'élan est parfois incomplet du fait de la difficulté à utiliser efficacement la prothèse en situation de lancer. 

Le geste final des athlètes peut donc être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

F46

F46 perte ou usage limité de membre(s) supérieur(s)

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de lancers, les sportifs de la catégorie F46, doivent présenter les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un memebre supérieur

- L'absence d'une main et de son avant-bras

- L'absence des mains et des deux avant-bras 

- L'absence d'un membre supérieur

Pour les athlètes, l'absence, ou le handicap important du bras diminue la capacité de l'athlète à accélérer le haut du corps et à fixer la ligne d'épaule en fin de geste, ce qui contraint la puissance de leur mouvement lors des lancers.

F51

F51 tétraplégique sans triceps fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F51 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte sévère des bras et avant-bras, avec un handicap total des mains ainsi que des membres supérieurs et du tronc.

Ces épreuves de lancers concernent uniquement la massue. Les athlètes atteints aux mains ne peuvent souvent pas la saisir. L'engin est alors placé entre leurs doigts. Pour propulser l'engin, les sportifs ne peuvent effectuer de rotation du tronc et sont limités en terme de force exercée par leur atteinte majeure des membres supérieurs. 

Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F52

F52 tétraplégiques avec triceps fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F52 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte légère des avant-bras avec un handicap total des mains ainsi que des membres inférieurs et du tronc.

Pour propulser l'engin, les sportifs ne peuvent effectuer de rotation du tronc et sont limités en terme de force exercée par leur atteinte majeure des membres supérieurs. Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F53

F53 paraplégiques sans abdominaux fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F53 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte légère aux mains et un handicap total du tronc et des membres inférieurs.

Pour propulser l'engin, les sportifs ne peuvent effectuer de rotation du tronc. Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F54

F54 paraplégiques avec abdominaux fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F54 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte totale du tronc et des memebres inférieurs.

Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F55

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F55 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte totale des membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale.

Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F56

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F56 doivent présenter les handicaps suivants :

- Une atteinte totale des membres inférieurs 

- L'absence des membres inférieurs

Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer et permet l'usage d'une barre, fixée à l'avant du siège de lancer sur laquelle le lanceur agit afin de faciliter le déplacement du buste vers l'avant.

F57

En athlètisme, pour les épreuvres de lancers, les sportifs de la catégorie F57 doivent présenter les handicaps suivants : une atteinte sévère des membres inférieurs. 

Le fauteuil ou siège de lancer, est fixé au sol sur l'aire de lancer. La performance réside donc principalement dans la capacité à accélérer l'engin efficacement sur un geste court et à le lâcher sur un angle optimum par rapport au sol.

Le règlement interdit à l'athlète de décoller son bassin du siège durant le lancer.

T11

T11 - déficient visuel : aucune vision, guide obligatoire

 

En athlètisme, dans les catégories T11 et F11, les sportifs sont atteints d'une cécité totale.

Les courses et le saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

La course s'effectue donc avec un guide qui ne doit jamais aider l'athlète en le tirant durant l'épreuve et doit franchir la ligne après le coureur. La difficulté principale à laquelle sont confrontés les binômes sont principalement les départs, les entrées et sorties de virage.

Pour le saut en longueur, des guides sont placés dans la zone de départ et de réception. La difficulté principale réside dans la gestion par l'athlète d'une course d'élan qui doit être à la fois rapide, bien orientée et se conclure par un appel du bon pied dans la zone d'impulsion et dans l'axe du sautoir. Et dans un second temps, dans la gestion de l'envol et du saut proprement dit afin d'en optimiser la longueur tout en préparant une réception sécurisée dans le sable.

T12

T12 - déficient visuel : vision très limitée, guide autorisé

 

En athlètisme, dans les catégories T12 et F12, les sportifs sont atteints d'une cécité sévère. 

Les courses et le saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

En course, les guides sont autorisés. La difficulté principale à laquelle sont confrontés les athlètes concerne principalement les départs, les entrées et sorties de virage. 

En saut, le guide n'est pas autorisé. La difficulté réside dans l'orientation par rapport au sautoir et dans la gestion de la course d'élan et de la trajectoire du saut. Pour la longueur, la zone d'impulsion mesure 1m de profondeur (longueur) et est recouverte de chaux car le saut est mesuré à partir de l'empreinte du pied.

T13

T13 - déficient visuel : vision limitée, sans guide

 

En ahtlètisme, dans les catégories T13 et F13, les sportifs sont atteints d'une cécité légère.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

Aucun guide n'est autorisé et la principale difficulté en course réside à garder son couloir, à percevoir l'évolution de course et gérer la distance avec les adversaires dans les courses en peloton.

T20

T20 déficience intellectuelle - est organisée par la Fédération Française du Sport Adapté – FFSA

 

En athlétisme, les athlètes des catégories T20 et F20 présentent une déficience intellectuelle, ils n'ont donc aucun handicap physique. 

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

 

Les athlètes de cette catégorie doivent avoir un QI évalué en deçà de 75 avant la majorité. Ils doivent également avoir une déficience dans deux des quatre domaines que sont : l'autonomie, la socialisation, la communication ou la motricité, ainsi qu'une incidence de leur déficience sur la pratique sportive. Cela se traduit généralement par des problèmes de repères dans l'espace et le temps, la difficulté à gérer les courses, les concours de sauts et de lancers, mais également la gestion de l'environnement.

Ces athlètes nécessitent une pédagogie spécifique et beaucoup plus longue dans les apprentissages de la discipline. L'acccompagnement humain du coach et de l'entouage sont donc particulièrement importants. 

T32

T32 - paralysie cérébrale : quadriplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, les athlètes de la catégorie T32 et F32 doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale.avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte majeure des quatres membres et du tronc.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Du fait des lésions cérébrales, les athlètes souffrent de problèmes de coordination et de contraction musculaire involontaire. De plus, l'atteinte aux mains rend difficle la transmission de force aux roues du fauteuil. La force exercée par les membres supérieurs de ces athlètes est limitée.

T33

T33 - paralysie cérébrale : triplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T33 et F33, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte savère des membres supérieurs et du tronc, un handicap majeur des membres inférieurs.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Du fait des lésions cérébrales, les athlètes souffent de problèmes de coordination et de contraction musculaire involontaire. De plus, l'atteinte aux mains rend difficile la transmission de force aux roues du fauteuil. La force excercée par les membres supérieurs de cesathlètes est limitée.

T34

T34 - paralysie cérébrale : diplégiques spastiques (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlètisme, dans la catégorie T34 et F34, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs et du tronc, un handicap sévère d'un membre inférieur.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Le manque de force des athlètes au niveau des membres inférieurs justifie l'usage d'un fauteuil roulant pour les épreuves de course.

T35

T35 - paralysie cérébrale : diplégiques spastiques (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T35 et F35, les sportifs doivent présenter un handicap moteur consécutif à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs, un handicap sévère des membres inférieurs et du tronc.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Dans les courses et les sauts, les athlètes sont soumis à des troubles de l'équilibre et de la coordination. La mise en action est difficile, et l'amplitude des foulées est limitée.

T36

T36 - paralysie cérébrale : athétosiques (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T36 et F36, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte légère des membres supérieurs et du tronc, un handicap sévère des membres inférieurs.

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Dans les courses et les sauts, les athlètes sont soumis à des troubles de l'équilibre et de la coordination et la mise en action est difficile.

T37

T37 - paralysie cérébrale : hémiplégiques sévères (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T37 et F37, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à une atteinte sévère à un membre supérieur, au membre inférieur associé et au tronc de manière latérale. 

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les athlètes doivent donc faire face à un déséquilibre dû à l'atteinte d'un côté du corps. Les départs sont donc difficiles en course et à l'impulsion pour les épreuves de saut. 

Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

T38

T38 - paralysoe cérébrale : hémiplégiques légers (athlètes concourant debout) 

 

En athlétisme, dans la catégorie T38 et F38, les sportifs doivent présenter un handicap moteur dû à une lésion cérébrale avec un potentiel de mouvement homogène dans la catégorie qui correspond généralement à :

- Un handicap léger à un membre supérieur, au membre inférieur associé et au tronc de manière latérale

- Un handicap léger des deux jambes

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Les athlètes doivent donc faire face à un déséquilibre dû à l'atteinte d'un côté du corps. Les départs sont donc difficiles en course et à l'impulsion pour les épreuves de saut. 

Le geste final des athlètes peut être perturbé par une difficulté à arrêter leur élan. Le transfert de force communiqué à l'engin est alors incomplet.

T42

T42 amputés fémoraux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, dans la catégorie T42 et F42, les sportifs présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un des membres inférieurs

- L'absence d'un membre inférieur

- L'absence des deux memebres nférieurs

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Il s'agit principalement pour ces athlètes de gérer : une équilibration plus complexe en situation de course, ou d'impulsion, une phase d'accélération délicate, particulièrement pour les doubles amputés et une amplitude de foulée contrainte pour les amputés unilatéraux. 

L'action des bras est particulièrement déterminante. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

En saut en longueur, l'impulsion se fait sur la prothèse et la réception dans le sable, est problèmatique.

T43

T43 amputés tibiaux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de course et de sauts dans la catégorie T43 et F43, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Un handicap total au niveau d'un tibia et du pied

- Une atteinte totale des deux tibias et des pieds  

- L'absence d'un membre en dessous du genou

- L'absence des deux membres en dessous des genoux

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Il s'agit principalement pour ces athlètes de gérer : un équilibre de foulées plus complexe, une phase d'accélération délicate, particulièrement pour les doubles amputés et une amplitude de foulée contrainte pour les amputés unilatéraux. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

En saut en longueur, l'impulsion se fait sur la prothèse. Elle nécessite une bonne maîtrise de l'élan et de la lame utilisée, ainsi qu'un gainage optimal du haut du corps.

T44

T44 amputés tibiaux (perte ou usage limité d’un membre inférieur) 

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de courses et de sauts dans la catégorie T44 et F44, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Un handicap total au niveau d'un tibia et du pied

- Une atteinte totale des deux tibias et des pieds  

- L'absence d'un membre en dessous du genou

- L'absence des deux membres en dessous des genoux

Les courses et la saut en longueur correspondent à la lettre T, les lancers à la lettre F.

Il s'agit principalement pour ces athlètes de gérer : un équilibre de foulées plus complexe, une phase d'accélération délicate, particulièrement pour les doubles amputés et une amplitude de foulée contrainte pour les amputés unilatéraux. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

En saut en longueur, l'impulsion se fait sur la prothèse. Elle nécessite une bonne maîtrise de l'élan et de la lame utilisée, ainsi qu'un gainage optimal du haut du corps.

T45

T45 perte ou usage limité de membre(s) supérieur(s)

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de course et de sauts dans la catégorie T45, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un memebre supérieur

- L'absence d'une main et de son avant-bras

- L'absence des mains et des deux avant-bras 

- L'absence d'un membre supérieur

- L'absence des membres supérieurs

La compensation du déséquilibre des membres supérieurs étant limitée, la mise en action est plus délicate, surtout pour les amputés bilatéraux. La gestin des virages est aussi délicate. Les départs peuvent se faire debout. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

Pour les épreuves de saut, la principale difficulté réside dans la gestion de l'équilibre à l'impulsion et lors de la phase aérienne.

T46

T46 perte ou usage limité de membre(s) supérieur(s)

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de course et de sauts dans la catégorie T46, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un memebre supérieur

- L'absence d'une main et de son avant-bras

- L'absence des mains et des deux avant-bras 

- L'absence d'un membre supérieur

- L'absence des membres supérieurs

La compensation du déséquilibre des membres supérieurs étant limitée, la mise en action est plus délicate, surtout pour les amputés bilatéraux. La gestin des virages est aussi délicate. Les départs peuvent se faire debout. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

Pour les épreuves de saut, la principale difficulté réside dans la gestion de l'équilibre à l'impulsion et lors de la phase aérienne.

T47

T47 perte ou usage limité de membre(s) supérieur(s)

Athlètes concourant debout

 

En athlétisme, pour les épreuves de course et de saits dans la catégorie T47, les sportifs présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte totale d'un memebre supérieur

- L'absence d'une main et de son avant-bras

- L'absence des mains et des deux avant-bras 

- L'absence d'un membre supérieur

- L'absence des membres supérieurs

La compensation du déséquilibre des membres supérieurs étant limitée, la mise en action est plus délicate, surtout pour les amputés bilatéraux. La gestin des virages est aussi délicate. Les départs peuvent se faire debout. A partir du 200m, les amputés bilatéraux sont avantagés par rapport aux amputés simples.

Pour les épreuves de saut, la principale difficulté réside dans la gestion de l'équilibre à l'impulsion et lors de la phase aérienne.

T51

T51 tétraplégique sans triceps fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, pour les épreuves de course, les sportifs de la catégorie T51 présentent les handicaps suivants : une atteinte totale des membres inférieurs, supérieurs et du tronc.

L'atteinte aux mains rend difficlle la transmission de force aux roues du fauteuil. La force excercée par les membres supérieurs des athlètes est fortement limitée. 

T52

T52 tétraplégiques avec triceps fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, pour les épreuves de course, les sportifs de la catégorie T52 présentent les handicaps suivants : une atteinte sévère des membres supérieurs, un handicap total des membres inférieurs et du tronc. 

L'atteinte aux mains rend difficile la transmission de force aux roues du fauteuil. La force excercée par les membres supérieurs des athlètes est limitée.

T53

T53 paraplégiques sans abdominaux fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, pour les épreuves de course, les sportifs de la catégorie T53 présentent les handicaps suivants : une atteinte totale des membres inférieurs et du tronc.

L'absence de muscles abdominaux contraint fortement l'athlète dans les phases d'accélération et au départ. Pour le épreuves de course au-delà du 800m, les sportifs de cette catégorie sont en compétition avec les athlètes de la catégorie T54 dont le tronc n'est pas atteint car l'impact du départ n'est pas décisif pour le résultat final de ces courses. 

T54

T54 paraplégiques avec abdominaux fonctionnels (athlètes concourant en fauteuil) 

 

En athlétisme, pour les épreuves de course, les sportifs de la catégorie T54 présentent les handicaps suivants : 

- Une atteinte totale des membres inférieurs 

- L'absence des membres inférieurs

- L'absence d'un membre inférieur

Dans cette catégorie on retrouve des athlètes spécialistes du sprint court. A partir du 400m, du fait des caractéristiques et du fauteuil roulant, la polyvalence d'un même athlète est possible, jusqu'au marathon. 

Aviron

PR1

PR1 (Bras et Epaules) : Cette catégorie correspond aux sportifs paraplégiques hauts ou assimilés.

 

En aviron dans la catégorie AS (maintenant PR1), les athlètes éligibles ont une atteinte majeure du tronc et des jambes.

Pour permettre l'usage des épaules le siège est fixe et le buste sanglé à un dossier. Le bateau est aussi équipé de flotteurs car l'équilibre est difficile à maintenir. La mise en action est ralentie et l'accélération progressive. 

PR2

PR2 (Tronc et Bras)Entrent dans cette catégorie, les rameurs ayant une déficience fonctionnelle des membres inférieurs.
Ne pouvant pas utiliser un siège à coulisse, ils sont donc assis sur un siège fixe et utilisent les bras et le tronc pour ramer.
 
 
En aviron, dans la catégorie TA (maintenant PR2) on retrouve princiapelement quatre profils d'athlètes présentant les handicaps suivants :
- Un handicap majeur d'une des deux jambes et légère sur la deuxième
- Une atteinte majeure des deux jambes
- L'absence d'une des deux jambes et une atteinte légère sur la deuxième
- L'absence des deux jambes
Pour les athlètes, étant donné qu'ils n'ont pas l'usage des jambes, la phase de propulasion est diminuée et l'accélération est moins franche. Leur siège est fixe et une sangle est placée au-dessus des genoux. Les équipages sont mixtes. 

PR3

PR3 (Jambes, Tronc et Bras)Cette catégorie regroupe les rameurs handicapés ayant un usage total ou partiel des jambes, du tronc et des bras ou atteints de déficience visuelle.
Ces rameurs utilisent une embarcation sans adaptations particulières avec un siège à coulisse.
 
 
En aviron, dans la catégorie LTA (maintenant PR3), pour être éligible, les athlètes doivent au minimum, être amputé de trois doigts. On retrouve principalement cinq profil d'athlètes présentant les handicaps suivants :
- Une atteinte légère à l'un des pieds 
- L'abscence d'un tibia obligeant l'athlète à utiliser une prothèse
- Une atteinte majeure d'un bras
- Une atteinte sévère sur l'une des deux mains
- Une cécité sévère
Dans cette catégorie, l'embarcation est similaire à celle des valides. Les équipages doivent être composés de deux hommes et deux femmes. Et d'un maximum de deux sportifs déficients visuels.

Badminton

SL3

SL3 : joueurs debout ayant un handicap touchant un membre inférieur et un membre supérieur

SL4

SL4 : joueurs debout ayant un handicap touchant un membre inférieur

SS6

SS6 : joueurs debout de petites tailles

SU5

SU5 : joueurs debout ayant un handicap touchant un membre supérieur

WH1

WH1 : joueur en fauteuil "sans abdominaux"

WH2

WH2 : joueur en fauteuil "avec abdominaux"

Basket-Ball

1.0

1.0 : Ces athlètes sans abdominaux ne peuvent exercer une rotation active du tronc. De façon générale, ce sont les paraplégiques de niveau jusqu’à D7 et au-dessus.

 

La classification du basket fauteuil est basée sur les capacités fonctionnelles d'un joueur à effectuer les gestes fondamentau du basket. Chaque joueur se voit attribuer un nombre de points allant de 1.0 à 4.5.

1.0 le joueur présente une atteinte majeure du tronc qui ne lui permet pas d'exécuter de rotation sans l'aide des bras et provoque un équilibre précaire. Il ne peut pas se pencher. 

Du fait du handicap des membres supérieurs, il lui est impossible de tendre les bras, ce qui impacte fortement les dribble, le tir à distance et le maniement du fauteuil.

Les capacités d'interception et de récupération des ballons sont limitées.

En fonction du handicap et du poste sur le terrain, les fauteuils sont adaptés et l'assise change.

Il ne peut y avoir plus de 14 points par équipe sur le terrain.

2.0

2.0 : Ces athlètes peuvent exécuter une rotation du tronc et développer une stabilité active, soit les paraplégiques de niveau D8 à L1.

 

La classification du basket fauteuil est basée sur les capacités fonctionnelles d'un joueur à effectuer les gestes fondamentau du basket. Chaque joueur se voit attribuer un nombre de points allant de 1.0 à 4.5.

2.0 Le joueur présente une atteinte sévère du tronc qui llimite les possibilités de rotation. Son équilibre est précaire. Il peut se pencher légèrement en avant. L'atteinte des membres supérieurs limite l'amplitude des gestes ce qui impacte fortement le dribble, le tir à distance et maniement du fauteuil.

Les capacités d'interception et de récupération des ballons sont limitées.

En fonction du handicap et du poste sur le terrain, les fauteuils sont adaptés et l'assise change.

Il ne peut y avoir plus de 14 points par équipe sur le terrain.

3.0

3.0 : Cette catégorie regroupe les joueurs qui sont capables de fixer leur bassin et d’exercer une mobilité du tronc dans les plans frontal et sagittal.

 

La classification du basket fauteuil est basée sur les capacités fonctionnelles d'un joueur à effectuer les gestes fondamentau du basket. Chaque joueur se voit attribuer un nombre de points allant de 1.0 à 4.5.

3.0 le joueur présente un handicap qui ne lui permet pas de se pencher sur les côtés sans tenir le fauteuil. Il dispose en revanche d'une bonne aisance avec le ballon et peut manier son fauteuil en force sans perte de stabilité.

En fonction du handicap et du poste sur le terrain, les fauteuils sont adaptés et l'assise change.

Il ne peut y avoir plus de 14 points par équipe sur le terrain.

4.0

4.0 : Ces athlètes ont une bonne mobilité dans le plan frontal, peuvent se pencher en avant et se relever sans s’aider de leurs bras. Ce sont de façon générale les paraplégiques de niveau L2 à L4. Il est possible qu’ils puissent se pencher partiellement sur un coté mais pas d’une façon complète.

 

La classification du basket fauteuil est basée sur les capacités fonctionnelles d'un joueur à effectuer les gestes fondamentau du basket. Chaque joueur se voit attribuer un nombre de points allant de 1.0 à 4.5.

4.0 le joueur ne peut se pencher et se relever sans les mains que d'un côté, ce qui lui permet de manière incomplète d'éviter des défenseurs, attraper ou ramasser la balle.

En fonction du handicap et du poste sur le terrain, les fauteuils sont adaptés et l'assise change.

Il ne peut y avoir plus de 14 points par équipe sur le terrain.

4.5

4.5 : Volume d’action complète dans tous les plans, avec aucune faiblesse dans tous les sens.

 

La classification du basket fauteuil est basée sur les capacités fonctionnelles d'un joueur à effectuer les gestes fondamentau du basket. Chaque joueur se voit attribuer un nombre de points allant de 1.0 à 4.5.

4.5 le joueur peut se pencher des deux côtés et en avant avec le ballon. Pour être éligible, il doit présenter un handicap permanent au niveau des membres inférieurs.

En fonction du handicap et du poste sur le terrain, les fauteuils sont adaptés et l'assise change.

Il ne peut y avoir plus de 14 points par équipe sur le terrain.

5.0

5.0 : Ces athlètes ont une mobilité active dans tous les plans (personne valide). 

Biathlon

Assis

Assis : paraplégiques, doubles amputés membres inférieurs, poliomyélites… Fauteuils avec deux skis, luge nordique.

Déficients visuels

Déficients visuels : sont guidées par un skieur qui les précède et qui leur fournit les informations nécessaires, à la voix, et le plus souvent avec un dispositif de radio-transmission ou d’amplification. En compétition, on distingue 3 niveaux de handicap visuel :

B1 : aveugle

B2 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 2/60 et/ou un champ inférieur à 5°

B3 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 6/60 et/ou un champ inférieur à 20°

Debout

Debout : amputés, malformation membres sup/ inf qui skient debout sur 1 ou 2 skis avec ou sans aide de stabilisateurs, hémiplégique…

Boccia

BC1

BC1 : Paralysie Cérébrale (CP) avec handicap sévère au niveau des membres supérieurs (ou pathologies assimilées). Dans cette catégorie, le pratiquant a un assistant sportif

 

En boccia, dans la catégorie BC1, pour être éligible un sportif doit être atteint d'une paralysie cérébrale et assimilée avec une atteinte sévère des quatres membres et du tronc. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte sévère des deux membres supérieurs, un handicap majeur des deux membres inférieurs et du tronc

- Une atteinte sévère de tous les membres et du tronc

- Un handicap majeur des membres supérieurs et une atteinte sévère des membres inférieurs

Un assistant peut être autorisé face au jeu pour aider à la prise de balle et au placement du joueur. 

Les problèmes de coordination, de raideur ainsi que les mouvements involontaires induisent des mouvements propres à chaque athlète.

BC2

BC2 : Paralysie cérébrale, pouvant jouer sans rampe et sans assistant (ou pathologies assimilées).

 

En boccia, dans la catégorie BC2, pour être éligible un sportif doit être atteint d'une paralysie cérébrale et assimilée et d'un handicap sévère des quatrs membres et légère du tronc et des mains. 

Les problèmes de coordination, de raideur ainsi que les mouvements involontaires induisent des mouvements propres à chaque athlète. Leu autonomie est limitée mais suffisante pour jouer sans assistant.

BC3

BC3 : Grand myopathe ou caralysie cérébrale joue avec rampe et assistant sportif.

 

En boccia, dans la catégorie BC3, pour être éligible un sportif doit être atteint d'une paralysie cérébrale et autres pathologie d'origine non cérébrale avec une atteinte majeure globale. On retrouve principalement les handicaps suivants : 

- Un handicap majeur de tous les membres et du tronc 

- Une atteinte majeure des bras et avant-bras, sévère au niveau de la main et handicap majeur au niveau des jambes et du tronc

Pour cette catégorie une rampe est utilisée pour le lancement des balles. Un assistant tournant le dos au jeu la positionne sur les instructions du joueur qui déclenchera le lancer. Pour cela il peut placer une tige en bouche ou dans la main ou une licorne, placée sur le front.

BC4

BC4 : Autres types de handicaps (tétraplégie, dystrophie musculaire…). Le joueur n’a ni rampe, ni assistant.

 

En boccia, dans la catégorie BC4, pour être éligible un sportif doit être atteint de toute autre pathologie d'origine non cérébrale avec une atteinte modérée à sévère des quatres membres et du tronc. On retrouve les handicaps suivants :

- Une atteinte sévère de tous les membres et du tronc  

- Une atteinte sévère de tous les membres et du tronc et une atteinte majeure au niveau abdominale

- L'absence de membres

Dans cette catégorie, l'assistant pour les joueurs au pied est autorisé ainsi que l'utilisation d'atelles dans des cas bien spécifiques. La prise de balle étant difficile, les sportifs doivent donc développer des stratégies de lancer et dans certains cas n'utiliser que le tronc pour réaliser leur lancer.

Boxe

Assis

Canoe-kayak

KL1

KL1 : Athlètes qui n’ont pas de fonction du tronc ou une fonction très limitée de celui-ci. Ils n’ont  aucune fonction de jambe et ont typiquement besoin d’un siège spécial avec un haut dossier dans le kayak

 

En paracanoe, dans la catégorie KL1 on retrouve des athlètes ne pouvant mobiliser que les bras et le haut du tronc pour pagayer. Ils présentent principalement un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc.

Le handicap limite la transmission des forces au bateau. De plus leur équilibre est rendu difficile. Des adaptations spécifiques sont donc nécessaires pour leur maintient et la transmission de la force : un siège avec dossier haut, des sangles de fixation, ou encore un gouvernail fixe.

KL2

KL2 : Athlètes avec une utilisation partielle du tronc et des jambes. Ils sont capables d’être assis tout droit dans le kayak mais pourraient avoir besoin d’un dossier spécial. Le mouvement de jambe est limité pendant le coup de pagaie.

 

En paracanoe, dans la catégorie KL2, on retrouve des athlètes pouvant mobiliser les bras et partiellement le tronc et les jambes. Ils présent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte sévère des membres inférieurs

- L'absence d'un des membres inférieurs

- L'absence des deux jambes

La transmission au bateau est incomplète. Une rotation du buste, limitée, est possible.

Des adaptations légères peuvent être nécessaires au niveau du siège et du calage des jambes. Ils utilisent le gouvernail.

KL3

KL3 : Athlètes avec un bon fonctionnement du tronc mais une utilisation partielle des jambes. Ils sont capables d’être assis avec le tronc en position fléchie en avant dans le kayak. Ils sont capables d’utiliser au moins une jambe/prothèse.

 

En paracanoe, dans la catégorie KL3, on retrouve des athlètes pouvant mobiliser bras, tronc et partiellement les jambes. Ils présentent majoritairement les atteintes suivantes :

- Une atteinte légère à l'un des membres inférieurs 

- L'absence d'un membre inférieur en dessous du genou 

- L'absence des deux membres inférieurs en dessous des genoux

Les jambes peuvent être utilisées pour pousser alternativement sur les cale-pieds. On appelle cela le pédalage.

Peu d'adaptations du bateau sont nécessaires.

VL1

VL1 : Athlètes qui n’ont pas de fonction du tronc ou une fonction très limitée de celui-ci. Ils n’ont  aucune fonction de jambe et ont typiquement besoin d’un siège spécial avec un haut dossier dans le kayak

V pour pirogue

VL2

VL2 : Athlètes avec une utilisation partielle du tronc et des jambes. Ils sont capables d’être assis tout droit dans le kayak mais pourraient avoir besoin d’un dossier spécial. Le mouvement de jambe est limité pendant le coup de pagaie.

V pour pirogue

VL3

VL3 : Athlètes avec un bon fonctionnement du tronc mais une utilisation partielle des jambes. Ils sont capables d’être assis avec le tronc en position fléchie en avant dans le kayak. Ils sont capables d’utiliser au moins une jambe/prothèse.

V pour pirogue

Cecifoot

B1

B1 (non voyants) : joueurs aveugles ou ayant une faible perception lumineuse. Les joueurs évoluent avec des patchs oculaires et un bandeau sur les yeux.

 

Le foot à 5 ou cécifoot, est exclusivement réservé aux joueurs atteints de cécité. Les athlètes doivent avoir une cécité sévère ou une cécité majeure.

Pour garantir une équité entre les joueurs, tous les sportifs, doivent revêtir des patchs oculaires et un masque opaque.

Le ballon est équipé de grelots et un guide est placé derrière le but adverse pour orienter les attaquants vers l'objectif.

Afin d'éviter les collisions, les joueurs emploient l'expression espagnole "voy" pour se signaler avant chaque déplacement.

L'apprentissage et l'exécution des gestes techniques et des stratégies sont rendus difficiles car elles ne reposent que sur des consignes verbales.

B2 B3

B2-B3 (malvoyants) : au niveau international, l’acuité visuelle du meilleur œil après correction ne doit pas dépasser 1/10e (tolérance au niveau national jusqu’à 2/10e) ou excéder 20° de champ visuel.

Curling

Assis

Cette activité de visée et d’adresse pratiquée par équipe sur une surface glacée est ouverte aux personnes handicapées des membres inférieurs se déplaçant en fauteuil manuel ou électrique. Depuis 2006, cette discipline est inscrite aux Jeux Paralympiques pour un certain public.
L’objectif de ce sport est de faire glisser une pierre au centre d’une cible à anneaux concentriques.
 
Réglement : Lors d’un match, 2 équipes de 4 joueurs (obligatoirement mixtes) s’affrontent pendant 6 manches. Chaque joueur dispose de 2 pierres à faire glisser. Une fois les 16 pierres jouées, chaque pierre de même couleur située la plus près du centre, rapporte un point à l’équipe qui les a lancé. L’équipe ayant inscrit le plus de point à l’issue des 6 manches remporte le match.
En curling fauteuil il n’y a pas de balayage ce qui signifie que chaque lancer doit être encore plus précis. Le fauteuil roulant du joueur doit être immobile pendant le lancer et les pierres peuvent être lancées à la main ou recevoir une poussée initiale avec un bâton.

Cyclisme

C1

Catégorie C1 : Amputation fémorale + membre supérieur et handicaps assimilés.

Selon le degré de handicap, le cycliste utilise le maximum du potentiel musculaire du ou des membre(s) inférieur(s) pour agir sur un pédalier avec une transmission par chaîne. Le vélo est standard avec éventuellement quelques aménagements inhérents au handicap (emplacement des freins, des changements de vitesse, du pédalier…). 

 

En cyclisme sur route, les athlètes de la catégorie C1 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte majeure d'un membre supérieur et du membre infiéreur associé ainsi qu'un handicap majeur du tronc au niveau latéral

- L'absence d'un membre supérieur et du membre inférieur associé

Pour cette épreuve, l'utilisation de prothèse est possible.

Les athlètes ne peuvent pas se mettre en position danseuse. La difficulté s'exprime notamment dans les côtes.

C2

Catégorie C2 : Amputation fémorale sans utilisation de prothèse et handicaps assimilés.

Selon le degré de handicap, le cycliste utilise le maximum du potentiel musculaire du ou des membre(s) inférieur(s) pour agir sur un pédalier avec une transmission par chaîne. Le vélo est standard avec éventuellement quelques aménagements inhérents au handicap (emplacement des freins, des changements de vitesse, du pédalier…).

 

En paracyclisme sur route, les athlètes de la catégorie C2 présentent les handicaps suivants :

- Un handicap sévère à l'un des membres supérieur et au membre inférieur associé ainsi qu'au tronc au niveau latéral

- Un handicap majeur d'un membre inférieur

- L'absence d'un membre inférieur

Pour cette épreuve, les athlètes peuvent avoir recours à un support de moignon.

Le pédalage ne se fait que par une seule jambe.

C3

Catégorie C3 : Double amputation tibiale et handicaps assimilés.

Selon le degré de handicap, le cycliste utilise le maximum du potentiel musculaire du ou des membre(s) inférieur(s) pour agir sur un pédalier avec une transmission par chaîne. Le vélo est standard avec éventuellement quelques aménagements inhérents au handicap (emplacement des freins, des changements de vitesse, du pédalier…). 

 

En paracyclisme sur route, les athlètes de la catégorie C3 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte légère d'un membre supérieur et du membre inférieur associé ainsi que du tronc au niveau latéral

- Une atteinte légère des quatres membres

- Un handicap sévère à l'un des membres inférieurs

- L'absence des deux tibias

- L'absence d'une jambe

Les athlètes sont donc soumis à des troubles de l'équilibre et du maniement du vélo et leur puissance en course est limitée. 

C4

Catégorie C4 : Simple amputation tibiale et handicaps assimilés.

Selon le degré de handicap, le cycliste utilise le maximum du potentiel musculaire du ou des membre(s) inférieur(s) pour agir sur un pédalier avec une transmission par chaîne. Le vélo est standard avec éventuellement quelques aménagements inhérents au handicap (emplacement des freins, des changements de vitesse, du pédalier…). 

 

En paracyclisme sur route, les athlètes de la catégorie C4 présentent les handicaps suivants :

- L'absence d'un tibia

- Un handicap sévère à l'un des membres inférieurs

- Une atteinte légère des quatres membres et du tronc

Les athlètes sont donc soumis à des troubles de l'équilibre et leur puissance en course est limitée.

C5

Catégorie C5 : Amputation d’un membre supérieur et handicaps assimilés.

Selon le degré de handicap, le cycliste utilise le maximum du potentiel musculaire du ou des membre(s) inférieur(s) pour agir sur un pédalier avec une transmission par chaîne. Le vélo est standard avec éventuellement quelques aménagements inhérents au handicap (emplacement des freins, des changements de vitesse, du pédalier…). 

 

En paracyclisme sur route, les athlètes de la catégorie C5 doivent présenter une amputation de tous les doigts ou de la moitié d'un pied. On retrouve principalement chez les sportifs les handicaps suivants :

- L'absence d'une main

- L'absence d'un bras

- Un handicap majeur à un bras

- L'absence d'un pied

- L'atteinte sévère d'un tibia

Du fait de leur handicap, les athlètes peuvent éprouver des difficultés à sprinter efficacement ainsi qu'à tirer sur le guidon pour augmenter leur puissance au pédalage.

Ils peuvent également être contraints par des troubles de l'équilibre.

H1

Catégorie H1 (Handbike) : Tétraplégie de niveau C6 (ou moins) et handicaps assimilés.

Le cycliste utilise la force des membres supérieurs pour actionner le pédalier. L’engin utilisé est à trois roues, avec propulsion manuelle avec plateaux, dérailleurs, manivelles et freinage adaptés.

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie H1 présentent une atteinte sévère des membres supérieurs et un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc.

Du fait de leur handicap, les athlètes utilisent leurs mains pour propulser le vélo. Les pieds sont eux, fixés dans des cale-pieds.

Leur capacité d'accélération est donc limitée et les athlètes sont régulièrement arrosés du fait de la hausse de leur temprérature corporelle.

H2

Catégorie H2 (Handbike) : Tétraplégie de niveau C7 à C8 et handicaps assimilés.

Le cycliste utilise la force des membres supérieurs pour actionner le pédalier. L’engin utilisé est à trois roues, avec propulsion manuelle avec plateaux, dérailleurs, manivelles et freinage adaptés.

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie H2 présentent une atteinte légère aux membres supérieurs et un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc.

Du fait de leur handicap, les athlètes utilisent leurs mains pour propulser le vélo. Les pieds sont eux, fixés dans des cale-pieds.

L'atteinte aux bras limite l'extension des coudes et provoque des difficultés à serrer les poignées. Les capacités d'accélération sont ainsi limitées.

H3

Catégorie H3 (Handbike) : Paraplégie de niveau D1 à D10 et handicaps assimilés.

Le cycliste utilise la force des membres supérieurs pour actionner le pédalier. L’engin utilisé est à trois roues, avec propulsion manuelle avec plateaux, dérailleurs, manivelles et freinage adaptés.

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie H3 présentent : un handicap sévère du tronc et une atteinte majeure des deux jambes.

Du fait de leur handicap, les athlètes utilisent leurs mains pour propulser le vélo. Les pieds sont eux, fixés dans des cale-pieds.

L'absence d'abdominaux fonctionnels limite le potentiel d'accélération dans les sprints et les côtes.

H4

Catégorie H4 (Handbike) : Paraplégie de niveau inférieur à D10 et handicaps assimilés, en position allongée.

Le cycliste utilise la force des membres supérieurs pour actionner le pédalier. L’engin utilisé est à trois roues, avec propulsion manuelle avec plateaux, dérailleurs, manivelles et freinage adaptés.

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie H4 présentent un handicap majeur des deux jambes.

Du fait de leur handicap, les athlètes utilisent leurs mains pour propulser le vélo. Les pieds sont eux, fixés sur des cale-pieds et la position de course est allongée.

H5

Catégorie H5 (Handbike) : Athlètes possédant le handicap minimum et pratiquant à genoux.

Le cycliste utilise la force des membres supérieurs pour actionner le pédalier. L’engin utilisé est à trois roues, avec propulsion manuelle avec plateaux, dérailleurs, manivelles et freinage adaptés.

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie H5 présentent majoritairement les handicaps suivants :

- Un handicap majeur des deux jambes

- L'absence d'un membre inférieur

- L'absence des deux jambes

Du fait de leur handicap, les athlètes utilisent leurs mains pour propulser le vélo. Les pieds sont eux, fixés sur des cale-pieds et la position de course est à genoux.

T1

Catégorie T1 (Tricycle) : Infirmité motrice cérébrale “sévère” (hémiplégie, diplégie, quadriplégie), traumatismes crâniens, AVC massifs et handicaps assimilés.

Suivant les troubles musculaires et posturaux, le cycliste a recours à un engin à trois roues comportant éventuellement des adaptations spécifiques à son handicap. 

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie T1 présentent une atteinte sévère des quatres membres.

Du fait de leur handicap et des troubles de l'équilibre, les athlètes utilisent des tricycles.

La force de pédalage est restrainte et les athlètes ne peuvent pas se pencher dans les virages.

T2

Catégorie T2 (Tricycle) : Infirmité motrice cérébrale “modérée” (hémiplégie, diplégie, quadriplégie) et handicaps assimilés IMC.

Suivant les troubles musculaires et posturaux, le cycliste a recours à un engin à trois roues comportant éventuellement des adaptations spécifiques à son handicap. 

 

En paracyclisme, les athlètes de la catégorie T2 doivent présenter une incapacité à utiliser un véli à deux roues. On retrouve chez les sportifs les handicaps suivants :

- Une atteinte unilatérale sévère d'un membre supérieur et du membre inférieur associé ainsi qu'un handicap sévère du tronc au niveau latéral ou hémiplégie.

- Une atteinte légère des membres inférieurs 

De ce fait, les sportifs ont recours à des tricycles pour cette épreuve.

Tandem B

Tandem : le cycliste déficient visuel pratique en tandem avec un guide, appelé pilote.

Duathlon

PTHC

PTHC : duathlète utilisant un vélo couché et un fauteuil roulant sur les segments de courses avec deux sous classe :

  • H1 : Athlètes aux capacités les plus altérées
  • H2 : Athlètes aux capacités les moins altérées

PTS2

PTS2 : duathlète présentant des déficiences physique graves utilisant une prothèses homologué ou autres appareils de soutien en vélo et course à pied

PTS3

PTS3 : duathlète présentant des déficiences importantes. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses approuvées ou autres dispositifs de soutien.

PTS4

PTS4 : duathlète présentant déficiences modérées. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses ou autres dispositifs de soutien

PTS5

PTS5 : duathlète présentant des déficiences légères. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses approuvées ou autres dispositifs de soutien

PTVI

PTVI : Déficience visuelle totale ou partielle avec trois sous-classe. Un guide est obligatoire sur toute la course, le segment de vélo est effectué en tandem :

  • B1 : les athlètes qui sont totalement aveugles, aucune perception de la lumière dans les deux yeux.
  • B2 : les athlètes ayant une perception de la lumière.
  • B3 : les athlètes ayant une déficience visuelle importante.

Equitation

Grade I

Grade I
- Déficience très importante au niveau de l'équilibre du tronc.
- Motricité très limitée des bras et des jambes.
- Reprise au pas pour les cavaliers de Grade I.

Grade II

Grade II
- Déficience très importante au niveau de l'équilibre du tronc.
- Motricité très limitée des bras et des jambes.
- Reprise au pas et au trot pour les cavaliers de Grade II.

Grade III

Grade III
- Handicap moteur important au niveau de l'équilibre du tronc.
- Handicap unilatéral majeur.
 
- Reprise au pas et au trot.
- Le galop est toléré sur les Reprises Libres.

Grade IV

Grade IV
- Hémiplégie.
- Grave handicap des bras.
- Handicap moyen des 2 bras et jambes.
- Cécité.
 
- Reprise aux trois allures.
- Niveau technique équivalent à celui de l'Amateur 1 chez les valides

Grade V

Grade V

- Limitation d'un ou deux membres.
- Déficience visuelle.
 
- Reprise aux trois allures.
- Niveau technique équivalent à celui de l'Amateur Elite chez les valides.

Escalade

AL1

AL1 : « wheelchair » (paraplégiques)

AL2

AL2 : amputation (une ou deux jambes) qui doit être au-dessus de la cheville. Le choix de l’utilisation ou non d’une prothèse n’a pas d’importance.

AU1

AU1

AU2

AU2 : absence/amputation membres supérieurs (bras)

B1

B1 (déficient visuel) : aveugle

B2

B2 (déficient visuel) : acuité visuelle de 2/60 et/ ou champ visuel de moins de 5°

B3

B3 (déficient visuel) : Acuité visuelle supérieur à 2/60 allant jusqu'à 6/60 et/ou champ visuel supérieur à 5° allant jusqu'à 20°

NPD1

NPD1 (déficient physiqueet neurologique) : handicap neurologique et physique avec un coefficient de capacité inférieur ou égal à 1.4

NPD2

NPD2 (déficient physiqueet neurologique) : handicap neurologique et physique avec un coefficient de capacité supérieur à 1.4

RP2

RP2 : déficience neurologique

RP3

RP3 : déficience neurologique

Escrime

A

Catégorie A : tireurs avec équilibre du tronc

 

En escrime, dans la catégorie A, pour être éligibles, les sportifs, doivent avoir au minimum une atteinte motrice des membres inférieurs. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte unilatérale légère d'un membre supérieur et d'un membre inférieur ainsi que du tronc ou hémiplégie

- Une atteinte majeure d'un membre inférieur

- Une atteinte sévère des membres inférieurs 

- Une atteinte majeure des deux jambes

- Une absence des membres inférieurs au dessous du genou

Dans cette discipline, les fauteuils sont fixes et la distance prise en début d'assaut. Les jambes et le fauteuil ne sont pas des zones de touches comptabilisées. Les zones de touches sont donc limitées. Les fesses doivent toujours rester en contact avec le fauteuil.  

B

Catégorie B : tireurs sans équilibre du tronc

 

En escrime, dans la catégorie B, les athlètes doivent avoir une atteinte totale des memebres inférieurs et du tronc au niveau abdominale.

Dans cette discipline, les fauteuils sont fixes et la distance prise en début d'assaut. Les jambes et le fauteuil ne sont pas des zones de touches comptabilisées. Les zones de touches sont donc limitées. Du fait de l'absence de fonctionnalité des abdominaux, la rapidité des feintes et des retraits est limitée.

C

Catégorie C : tireurs tétraplégiques

Foot amputes

Debout

Pour le foot amputés, les joueurs de champ ont l'absence de l'un des membres inférieurs et les gardiens de but ont l'absence d'une main.

Les règles du football pour amputés s’inspirent très largement de celles de la F.I.F.A. et du football vétéran à 7 traditionnel puisque les joueurs jouent debout.

 

Foot à 7

Classe 5

En foot à 7, les athlètes présentent une paralysie cérébrale. Ils sont réapartis en quatre classes.

Classe 5 : les joueurs ont une atteinte légère des membres supérieurs et sévère au niveau des membres inférieurs

Du fait du handicap, les joueurs présentent des troubles de l'équilibre et de la coordination. Les déplacements des joueurs atteints aux membres inférieurs sont donc limités et leurs frappes moins puissantes. Dans une équipe, un seul classe 5 et un seul classe 8 sont autorisés.

Classe 6

En foot à 7, les athlètes présentent une paralysie cérébrale. Ils sont réapartis en quatre classes.

Classe 6 : une atteinte légère des quatres membres et du tronc

Du fait du handicap, les joueurs présentent des troubles de l'équilibre et de la coordination. Les déplacements des joueurs atteints aux membres inférieurs sont donc limités et leurs frappes moins puissantes. Dans une équipe, un seul classe 5 et un seul classe 8 sont autorisés.

Classe 7

En foot à 7, les athlètes présentent une paralysie cérébrale. Ils sont réapartis en quatre classes.

Classe 7 : un handicap unilatéral sévère d'un membre inférieur, d'une jambe et du tronc ou hémiplégie

Du fait du handicap, les joueurs présentent des troubles de l'équilibre et de la coordination. Les déplacements des joueurs atteints aux membres inférieurs sont donc limités et leurs frappes moins puissantes. Dans une équipe, un seul classe 5 et un seul classe 8 sont autorisés.

Classe 8

En foot à 7, les athlètes présentent une paralysie cérébrale. Ils sont réapartis en quatre classes.

Classe 8 : un handicap unilatéral léger d'un membre supérieur, d'une jambe et du tronc ou hémiplégie

Du fait du handicap, les joueurs présentent des troubles de l'équilibre et de la coordination. Les déplacements des joueurs atteints aux membres inférieurs sont donc limités et leurs frappes moins puissantes. Dans une équipe, un seul classe 5 et un seul classe 8 sont autorisés.

Foot fauteuil

Assis

Le foot fauteuil est ouvert à toute personne handicapée qui utilise un fauteuil électrique au quotidien, et dont le handicap ne permet pas la pratique d’un autre sport collectif. 

Le foot fauteuil électrique est un sport collectif d’opposition adapté du football. L’objectif est de mettre le ballon dans le but adverse à l’aide d’un fauteuil électrique muni d’un pare-chocs avant, tout en empêchant l’adversaire d’en faire autant.

 

Règlement : 2 équipes de 4 joueurs (dont 1 gardien de but) s’affrontent pendant 2 périodes de 20 minutes (pour le championnat de France D1 et D2) et 2 périodes de 15’ pour le championnat D3 et national). L’équipe ayant marquée le plus de buts remporte le match.

Goalball/Torball

Déficients visuels

Au goalball, seuls les sportifs atteints de cécité sont éligibles. On retrouve donc des sportifs atteints : d'une cécité sévère ou d'une cécité majeure.

Pour garantir une équité entre les joueurs, tous les sportifs doivent revêtir des patchs oculaires et un masque opaque.

Le ballon est équipé de grelots et le terrain de plusieurs surfaces tactiles.

Du fait de la cécité, les buts et les coéquipiers sont difficiles à localiser.

L'apprentissage et l'exécution des gestes techniques et des stratégies sont rendus difficiles car elles ne reposent que sur des consignes verbales.

Halterophilie

Junior

En haltérophilie, les athlètes doivent présenter un handicap permanent des membres inférieurs. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des quatres membres et du tronc 

- Une petite taille

- Un handicap majeur des jambes et du tronc

- Un handicap sévère des membres inférieurs 

- Une absence d'un membre inférieur

Du fait du handicap, en compétition seul le développé couché est pratiqué. Les athlètes doivent descendre la barre sur la poitrine, marquer un temps d'arrêt et la remonter horizontalement. Pour certains athlètes des sangles sont autorisé pour pouvoir utiliser un appui sur les membres inférieurs.

Le geste du développé couché est rendu complexe par le manque de force dans les membres inférieurs et la nécessité de de gérer simultanément la barre et l'équilibre du corps.

Open

En haltérophilie, les athlètes doivent présenter un handicap permanent des membres inférieurs. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des quatres membres et du tronc 

- Une petite taille

- Un handicap majeur des jambes et du tronc

- Un handicap sévère des membres inférieurs 

- Une absence d'un membre inférieur

Du fait du handicap, en compétition seul le développé couché est pratiqué. Les athlètes doivent descendre la barre sur la poitrine, marquer un temps d'arrêt et la remonter horizontalement. Pour certains athlètes des sangles sont autorisé pour pouvoir utiliser un appui sur les membres inférieurs.

Le geste du développé couché est rendu complexe par le manque de force dans les membres inférieurs et la nécessité de de gérer simultanément la barre et l'équilibre du corps.

Senior

En haltérophilie, les athlètes doivent présenter un handicap permanent des membres inférieurs. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des quatres membres 

- Une petite taille

- Un handicap majeur des jambes et du tronc

- Un handicap sévère des membres inférieurs 

- Une absence d'un membre inférieur

Du fait du handicap, en compétition seul le développé couché est pratiqué. Les athlètes doivent descendre la barre sur la poitrine, marquer un temps d'arrêt et la remonter horizontalement. Pour certains athlètes des sangles sont autorisé pour pouvoir utiliser un appui sur les membres inférieurs.

Le geste du développé couché est rendu complexe par le manque de force dans les membres inférieurs et la nécessité de de gérer simultanément la barre et l'équilibre du corps.

Hockey

Assis

Pratiqué sur une patinoire, ce sport collectif est une adaptation du hockey sur glace et destiné aux personnes handicapées des membres inférieurs et assimilées. Depuis 1994, cette discipline est inscrite aux Jeux Paralympiques.
L’objectif de cette activité est d’amener un palet dans le but adverse à l’aide d’une crosse, tout en empêchant l’adversaire d’en faire autant.
 
Règlement : Les règles officielles et la surface de jeux sont identiques à celles du hockey sur glace. Au cours d’un match de 3 périodes de 15 min, 2 équipes de 6 joueurs dont 1 gardien de but tentent d’inscrire le maximum de buts pour être déclarées vainqueur.

Judo

Déficients visuels

En judo, seuls les athlètes déficients visuels sont éligibles. On retrouve donc des athlètes atteints :

- d'une cécité légère (B3 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 6/60 et/ou un champ inférieur à 20°)

- d'une cécité sévère (B2 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 2/60 et/ou un champ inférieur à 5°)

- d'une cécité totale (B1 : aveugle)

Dès le début du combat et à chaque arrêt, les athlètes se mettent en garde installée. La saisie du kimono de l'adversaire doit être constante. A chaque rupture complète du contact, le combat est arrêté, il en résulte un combat plus long et fractionné.

La prise de garde y joue un rôle primordial. Les sorties de zone de combat ne sont pas sanctionnées.

Du fait de la cécité, les athlètes ne peuvent pas se fier au tableau d'affichage pour connaitre le temps restant et le score au cours du combat. Les entraineurs les renseignent depuis leur position au bord du tapis.

La difficile mais décisive prise d'information pour assurer son équilibre, agir et réagir demande un effort de concentration décuplé par la déficience visuelle et d'autant plus compliqué avec la fatigue du combat.

Karting

H2

H2 : comprend les pilotes ayant 1 ou 2 membres handicapés

H4

H4 : comprend les pilotes ayant 3 ou 4 membres handicapés

Natation

S1

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

 

En natation, les athlètes de la catégorie S1 présentent un handicap majeur des membres inféirieurs, supérieurs et du tronc.

De ce fait, la propulsion dans l'eau est limitée.

Le papillon n'est pas pratiqué en compétition 

Et les membres inférieurs ne peuvent donc pas profiter de l'appui sur le mur. Ils créent d'ailleurs une résistance en nage.

Les athlètes nagent principalement sur le dos en simultané et le départ de la course se fait allongé, à l'aide d'un assistant.

S10

Classes S9 à S10 : Atteinte d’un membre inférieur complet ou incomplet ou d’un membre supérieur incomplet.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S10 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres inférieurs

- Un handicap sévère des cuisses et du tronc au niveau abdominale

- Une atteinte sévère des pieds

- Une atteinte majeure d'un pied

- L'absence d'une main

Dans cette épreuve, les athlètes bénéficient de la propulsion des quatre membres.

S11

Classes 11 (déficient visuel) : cécité complète

 

En natation, les athlètes de la catégorie S11 sont atteints de cécité majeur.

Un guide est donc nécessaire pour les départs et pour indiquer les virages et l'arrivée à l'aide d'une perche.

Les plongeons et la nage peuvent aussi parfois dévier de leur axe.

Les athlètes doivent porter des lunettes opaques afin d'assurer une équité totale entre les nageurs.

S12

Classe S12 (déficient visuel) : déficience visuelle importante

 

En natation, les athlètes de la catégorie S12 sont atteints de cécité sévère.

La principale difficulté s'exprime sur la nage dorsale du fait de l'absence de repère.

S13

Classe S13 (déficient visuel) : faible déficience visuelle

 

En natation, les athlètes de la catégorie S13 sont atteints de cécité légère.

La principale difficulté s'exprime sur la nage dorsale du fait de l'absence de repère.

S14

S14 : Déficience intellectuelle - est organisée par la Fédération Française du Sport Adapté – FFSA

S2

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

 

En natation, les athlètes de la catégorie S2 présentent le handicap suivant :

- Une atteinte légère aux bras et avant-bras avec un handicap majeur des mains ainsi qu'une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc

De ce fait, la propulsion dans l'eau est limitée.

Le papillon n'est pas pratiqué en compétition.

Et les membres inférieurs ne peuvent donc pas profiter de l'appui sur le mur. Ils créent d'ailleurs une résistance en nage.

Les athlètes nagent principalement sur le dos en simultané.

S3

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

 

En natation, les athlètes de la catégorie S3 présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres supérieurs et des épaules ainsi qu'un handicap majeur des jambes et du tronc

- Une amputation des avant-bras et des jambes avec atteinte légère des bras et du tronc

De ce fait, la propulsion dans l'eau est limitée avec une résistance à la nage importante du fait de la difficulté à maintenir le corps horizontal.

Le départ peut se faire dans l'eau ou plongé.

Dans cette catégorie, le 200m-quartre nages est remplacé par un 150m-trois nages. Le papillon étant supprimé.

S4

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

 

En natation, les athlètes de la catégorie S4 présentent majoritairement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des mains et une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc 

- L'absence d'un avant bras et des membres inférieurs

De ce fait, l'utilisation des membres inférieurs est faible, voir impossible. La propulsion dans l'eau est limitée avec une résistance à la nage importante du fait de la difficulté à maintenir le corps horizontal.

Le départ peut se faire dans l'eau ou plongé.

Dans cette catégorie, le 200m-quartre nages est remplacé par un 150m-trois nages. Le papillon étant supprimé.

S5

Classes S5 à S6 : Atteinte de 2 membres et du tronc ou des 2 membres supérieurs complets.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S5 présentent principalement les handicaps suivants :

- Un handicap sévère des membres supérieurs, inférieurs et du tronc 

- Une atteinte majeure des membres inférieurs, du tronc au niveau abdominale

- L'absence des avant-bras et une amputation d'une jambe au niveau tibial 

- L'amputation d'un avant-bras et des membres inférieurs au niveau tibial

De ce fait la propulsion par les membres inférieurs est limitée ou impossible. La propulsion par les membres supérieurs est aussi limitée par le manque de force ou dans le cas d'un membre incomplet.

Le départ des athlètes peut se faire depuis le plot ou dans l'eau.

Et des déséquilibres important existent dans les nages alternées comme la nage libre et le dos.

S6

Classes S5 à S6 : Atteinte de 2 membres et du tronc ou des 2 membres supérieurs complets.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S6 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte unilatérale sévère d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc ou hémiplégie

- Un handicap majeur des membres inférieurs, supérieurs et du tronc au niveau abdominale

- Une taille inférieure à 1 mètre 30 pour les femmes et 1 mètre 37 pour les hommes 

- L'absence d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et une atteinte sévère du tronc 

- L'absence des deux membres supérieurs 

Du fait du handicap, la propulsion est limitée par la taille ou la fonctionnalité des membres.

Le départ peut se faire dans l'eau ou plongé.

S7

Classes S7 à S8 : Atteinte de 2 membres inférieurs ou d’un membre supérieur complet.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S7 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres supérieurs et du tronc, et un handicap sévère des membres inférieurs

- Une atteinte unilatérale sévère d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc ou hémiplégie

- Une taille inférieure à 1 mètre 38 pour les femmes et 1 mètre 45 pour les hommes

- L'absence des membres inférieurs

- L'absence des avant-bras

Certaines atteintes peuvent produire des troubles de la coordination et la propulsion est impactée par la fonctionnalité ou l'absence de membres.

Le départ de l'épreuve peut se faire dans l'eau ou en plongeant.

S8

Classes S7 à S8 : Atteinte de 2 membres inférieurs ou d’un membre supérieur complet.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S8 présentent les handicaps suivants :

- Un handicap léger des quatres membres et du tronc

- Un handicap sévère des membres inférieurs 

- Une atteinte majeure d'un membre supérieur

- L'absence d'un membre supérieur

- L'amputation des deux jambes au niveau tibial

Le départ de cette épreuve se fait en plongeant.

Certains athlètes sont confrontés à des difficultés de propulsion et des poussées limitées au départ et dans les virages.

S9

Classes S9 à S10 : Atteinte d’un membre inférieur complet ou incomplet ou d’un membre supérieur incomplet.

 

En natation, les athlètes de la catégorie S9 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des quatres membres

- Une atteinte majeure d'un membre inférieur

- L'absence d'un membre inférieur

- L'amputation d'un membre inférieur au dessous du genou

- L'absence d'un avant-bras

Les athlètes handicapés au niveau des bras sont limités dans leur propulsion et les atteintes au niveau des membres inférieurs rendent les poussées difficiles.

Le départ de cette épreuve se fait en plongeant.

SB11

Classes 11 (déficient visuel) : cécité complète 

SB : pour la brasse

SB12

Classe S12 (déficient visuel) : déficience visuelle importante

SB : pour la brasse

SB13

Classe S13 (déficient visuel) : faible déficience visuelle

SB : pour la brasse

SB14

SB14 : Déficience intellectuelle - est organisée par la Fédération Française du Sport Adapté – FFSA

SB : pour la brasse

SB2

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB2 présentent les handicaps suivants :

- Un handicap léger des bras et avant-bras et une atteinte majeure des mains, des jambes et du tronc

- Une atteinte sevère des bras et avant-bras, un handicap majeur des mains et des membres inférieurs et du tronc

Les athlètes sont donc confrontés à des difficultés de propulsion du fait de l'absence de mouvement de jambes.

Et le départ de la course se fait dans l'eau.

SB3

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB3 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des memebres supérieurs, des épaules et du tronc et un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale

- Un handicap léger des bras et du tronc et une absence d'avant-bras et des membres inférieurs

Les athlètes de cette catégorie éprouvent donc de grandes difficultés de propulsion du fait de l'absence de mouvement de jambes.

Le départ de la course se fait dans l'eau.

SB4

Classes S1 à S4 : Atteinte de 3 ou 4 membres et du tronc

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB4 présentent les handicaps suivants :

- Une atteinte sevère des quatres membres et du tronc 

- Un handicap majeur des jambes et du tronc 

Les athlètes de cette catégorie éprouvent donc de grandes difficultés de propulsion du fait de l'absence de mouvements de jambes.

Leur départ se fait dans l'eau.

SB5

Classes S5 à S6 : Atteinte de 2 membres et du tronc ou des 2 membres supérieurs complets.

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB5 présentent principalement :

- Une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale

- Une absence des deux membres supérieurs

- Une absence des deux membres inférieurs

La propulsion par les membres inférieurs ou supérieurs est rendue difficile par l'atteinte ou l'absence du membre.

Le départ des sportifs peut se faire dans l'eau ou en plongeant.

SB6

Classes S5 à S6 : Atteinte de 2 membres et du tronc ou des 2 membres supérieurs complets.

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB6 présentent majoritairement les handicaps suivants :

- Une atteinte unilatérale sévère d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc ou hémiplégie

- Un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale

- Une taille inférieure à 1 mètre 30 pour les femmes et 1 mètre 37 pour les hommes 

- Une absence des deux membres inférieurs au dessus du genou

- L'amputation d'un avant-bras et l'absence total de l'autre bras

Des troubles de propulsion sont dus à l'atteinte ou l'absence d'un ou plusieurs membres mais le départ en plongeon reste possible dans cette catégorie.

SB7

Classes S7 à S8 : Atteinte de 2 membres inférieurs ou d’un membre supérieur complet.

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB7 présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres supérieurs, du tronc et un handicap sévère des membres inférieurs

- Une atteinte légère d'un membre supérieur et d'une jambe ainsi que du tronc au niveau latéral

- Une taille inférieure à 1 mètre 38 pour les femmes et 1 mètre 45 pour les hommes

- L'absence des deux membres inférieurs en dessous du genou

- L'absence des deux avant-bras

Les athlètes sont donc confrontés à des difficultés de propulsion.

Le départ de la course se fait en plongeant.

SB8

Classes S7 à S8 : Atteinte de 2 membres inférieurs ou d’un membre supérieur complet.

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB8 présentent majoritairement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres inférieurs, supérieurs et du tronc

- L'atteinte majeure d'une jambe

- Le handicap majeur d'un membre supérieur

- L'absence d'un membre supérieur

- L'absence d'un avant-bras

Dans cette catégorie les athlètes réalisent un départ en plongeant.

SB9

Classes S9 à S10 : Atteinte d’un membre inférieur complet ou incomplet ou d’un membre supérieur incomplet.

SB : pour la brasse

 

En natation, les athlètes de la catégorie SB9 présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres inférieurs

- Une atteinte sévère des cuisses et du tronc au niveau abdominale

- Un handicap sévère aux deux pieds

- Un handicap majeur à un pied

- L'absence d'une main

Dans cette catégorie la propulsion des athlètes est peu impactée compte tenu du niveau de fonctionnalité de leurs membres.

Rugby fauteuil

0.5

En rugby fauteuil, pour être éligible, un sportif doit avoir une atteinte constatée des quatres membres.

Un nombre de points est attribué à chaque joueur en fonction des capacités fonctionnelles.

0.5 > Une atteinte sévère des membres supérieurs, une infirmté totale des mains, des membres inférieurs et du tronc

 

Les moins de 3.0 points présentant une atteinte aux mains auront plus de difficulté sur les prises de des balles et les passes. La résine est d'ailleurs autorisée pour accentuer l'adhérence de la balle et rendre la pousée plus effiace.

De 0.5 à 1.5 points, les athlètes utllisent des fauteuils défensifs qui sont équipés d'une grille pour bloquer l'adversaire.

A noter qu'aucun contact physique n'est autorisé, ce qui n'empêche pas les blocages musclés.

1 | 1.5

En rugby fauteuil, pour être éligible, un sportif doit avoir une atteinte constatée des quatres membres.

Un nombre de points est attribué à chaque joueur en fonction des capacités fonctionnelles.

1 - 1.5 > Une atteinte sévère des membres supérieurs, inférieurs et du tronc

 

Les moins de 3.0 points présentant une atteinte aux mains auront plus de difficulté sur les prises de des balles et les passes. La résine est d'ailleurs autorisée pour accentuer l'adhérence de la balle et rendre la pousée plus effiace.

De 0.5 à 1.5 points, les athlètes utllisent des fauteuils défensifs qui sont équipés d'une grille pour bloquer l'adversaire.

A noter qu'aucun contact physique n'est autorisé, ce qui n'empêche pas les blocages musclés.

1.5 | 2

En rugby fauteuil, pour être éligible, un sportif doit avoir une atteinte constatée des quatres membres.

Un nombre de points est attribué à chaque joueur en fonction des capacités fonctionnelles.

1.5 - 2 > Une atteinte légère des membres supérieurs, majeure des membres inférieurs et du tronc

 

Les moins de 3.0 points présentant une atteinte aux mains auront plus de difficulté sur les prises de des balles et les passes. La résine est d'ailleurs autorisée pour accentuer l'adhérence de la balle et rendre la pousée plus effiace.

De 2 à 3.5 points, les athlètes évoluent dans des fauteuils d'attaquants plus légers. Alors que les 0.5 à 1.5 points utilisent des fauteuils défensifs qui sont équipés d'une grille pour bloquer l'adversaire.

A noter qu'aucun contact physique n'est autorisé, ce qui n'empêche pas les blocages musclés.

2.5 | 3

En rugby fauteuil, pour être éligible, un sportif doit avoir une atteinte constatée des quatres membres.

Un nombre de points est attribué à chaque joueur en fonction des capacités fonctionnelles.

2.5 - 3 > Une atteinte légère de tous les membres et du tronc au niveau abdominale

 

Les 3 et 3.5 points peuvent user de feintes car la fonctionnalité des abdominaux permet une meilleure maniabilité du fauteuil. Les autres profils (moints de 3 points) verront celle-ci contrariée et les athlètes présentant une atteintes aux mains auront plus de difficulté sur les prises de des balles et les passes. La résine est d'ailleurs autorisée pour accentuer l'adhérence de la balle et rendre la pousée plus effiace.

De 2 à 3.5 points, les athlètes évoluent dans des fauteuils d'attaquants plus légers 

A noter qu'aucun contact physique n'est autorisé, ce qui n'empêche pas les blocages musclés.

3 | 3.5

En rugby fauteuil, pour être éligible, un sportif doit avoir une atteinte constatée des quatres membres.

Un nombre de points est attribué à chaque joueur en fonction des capacités fonctionnelles.

3 - 3.5 > Absence des mains et des pieds

 

Les 3 et 3.5 points peuvent user de feintes car la fonctionnalité des abdominaux permet une meilleure maniabilité du fauteuil. 

De 2 à 3.5 points, les athlètes évoluent dans des fauteuils d'attaquants plus légers 

A noter qu'aucun contact physique n'est autorisé, ce qui n'empêche pas les blocages musclés.

Rugby XIII

Assis

Ski alpin

Assis

Assis : paraplégiques, doubles amputés membres inférieurs, poliomyélitiques… Fauteuil avec 1 ou 2 skis.

Déficients visuels

Les déficients visuels sont guidées par un skieur qui les précède et qui leur fournit les informations nécessaires, à la voix, avec par fois un dispositif de radio-transmission ou d’amplification. En compétition, on distingue 3 niveaux de handicap visuel :

B1 : aveugle

B2 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 2/60 et/ou un champ inférieur à 5°

B3 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 6/60 et/ou un champ inférieur à 20°

Debout

Debout : amputés, malformation membres sup/inf qui skient debout sur 1 ou 2 skis avec ou sans aide de stabilisateurs, hémiplégiques…

Ski de fond

Assis

Assis : paraplégiques, doubles amputés membres inférieurs, poliomyélites… Fauteuils avec deux skis, luge nordique.

Déficients visuels

Les déficients visuels sont guidées par un skieur qui les précède et qui leur fournit les informations nécessaires, à la voix, et le plus souvent avec un dispositif de radio-transmission ou d’amplification. En compétition, on distingue 3 niveaux de handicap visuel :

B1 (aveugles),

B2 (acuité inférieure à 2/60 et/ou champ inférieur à 5°)

B3 (même chose avec 6/60 et 20°). Tous peuvent s’aligner dans les épreuves de fond et de biathlon.

Debout

Debout : amputés, malformation membres sup/ inf qui skient debout sur 1 ou 2 skis avec ou sans aide de stabilisateurs, hémiplégique…

Snowboard

SB LL1

SB LL1 : Snowboarders amputés au-dessus du genou, ou qui présentent une déficience combinée significative au niveau des deux jambes (importante faiblesse musculaire ou spasticité dans les deux jambes).

SB LL2

SB LL2 : Snowboarders présentant une déficience dans une ou deux jambes avec une limitation moindre de leur champ d’action (amputation sous le genou ou spasticité légère).

SB UL

SB UL : Snowboarders ayant une déficience au niveau des membres supérieurs

Surf

AS 1

AS 1 : à genoux, debout/amputation d’un membre, amputation au-dessous du genoux

AS 2

AS 2 : à genoux, debout/amputation au-dessus du genoux

AS 3

AS 3 : position assise

AS 4

AS 4 : position couchée

AS 5

AS 5 : assisté, déficience membres supérieurs et inférieurs

AS 6

AS 6 : déficients visuels

Taekwondo

K41

K41 : Les athlètes en compétition dans cette classe de sport sont incapables de bloquer leur Hogu (protection de tronc). athlètes K41 ont une perte de membres supérieurs résultant de la puissance coups de pied diminué en raison de l'impact de la dépréciation sur l'équilibre et à la torsion. Comme les athlètes ne sont pas en mesure de bloquer, l'accent est mis sur le travail des pieds et des stratégies d'évitement, tout en essayant de marquer des points.

K42

K42 : Les athlètes en compétition dans cette classe de sport seront en mesure de bloquer un côté de leur Hogu (protection de tronc). Vous verrez ces athlètes avec un raccourcissement ou de la perte d'un bras au-dessus du coude. D'autres athlètes peuvent être en mesure de couvrir que la moitié supérieure de la Hogu des deux côtés en raison de deux bras raccourcis. Tous les athlètes K42 peuvent avoir une légère réduction de la puissance coups de pied en raison de l'impact de la dépréciation sur l'équilibre et à la torsion. Les athlètes de cette catégorie sport auront tendance à manœuvrer de sorte qu'ils mènent avec leur côté non vers leur adversaire tout en essayant de marquer.

K43

K43 : Les athlètes en compétition dans cette classe de sport seront en mesure de bloquer la plupart de leur Hogu (protection de tronc), avec blocage limité des parties inférieures en raison de la perte ou le raccourcissement des deux bras au- dessous du coude. Ces athlètes se déplaceront et kick similaire à Olympic Taekwondo athlètes.

K44

K44 : Les athlètes en compétition dans cette classe de sport seront en mesure de bloquer toute leur Hogu (protection de tronc). Les athlètes K44 auront au minimum une perte d'une main à travers le poignet, ou un bras raccourci de manière équivalente. Cette classe sportive comprend également l' athlète ayant unedéficience de coordination dans un bras. Les athlètes K44 se déplaceront, kick et élaborer des stratégies de manière similaire à des Jeux olympiques de Taekwondo athlètes.

Open

Open : toutes catégories

Tennis

B1

B1 : aveugle

B2

B2 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 2/60 et/ou un champ inférieur à 5°

B3

B3 : malvoyant présentant une acuité inférieure à 6/60 et/ou un champ inférieur à 20°

Junior

Open

Open Les joueurs de cette classe ont une déficience significative et permanente de l'une ou des deux jambes. Ce profil peut correspondre avec des athlètes avec paraplégie ou amputation des membres inférieurs, par exemple.

 

En tennis, pour être éligible, les sprtifs doivent avoir au minimum une atteinte permanente des membres inférieurs et une mobilité difficile. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Un handicap sévère des deux membres inférieurs

- Une atteinte totale des deux membres inférieurs

- Une atteinte totale des deux membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale

- L'absence d'un des deux membres inférieurs

- L'absence des deux membres inférieurs à partir de la cuisse

En tennis fauteuil, le double rebond est autorisé. Le déplacement latéral du fauteuil étant impossible, les joueurs doivent être toujours en mouvement.

La présence de la raquette rend la propulsion du fauteuil plus difficile. La rapidité du déplacement étant entamée, les choix tactiques comme monter au filet sont plus rares.

Quad

Quad Les joueurs de cette classe ont une déficience affectant leur bras de jeu ainsi que leurs jambes. Cela limite leur capacité à gérer la raquette et de se déplacer en fauteuil roulant. Vous constaterez que les joueurs peuvent utiliser du ruban adhésif pour tenir fermement la raquette.

 

En tennis quad, pour être éligibles, les athlètes doivent avoir une atteinte légère des membres supérieurs, une limitation du geste et un déplacement debout. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte sévère des deux membres supérieurs, un handicap total au niveau du tronc et des deux membres inférieurs

- Une atteinte totale d'un des membres supérieurs associé à un handicap sévère du membre opposé, une atteinte sévère dex deux membres inférieurs et plus légère aux pieds

- Une atteinte sévère d'un des deux membres supérieurs, d'un des deux membres inférieurs et de la partie latérale du tronc

Dans cette catégorie, le double rebond est autorisé et le fauteuil électrique toléré. Son utilisation rend impossible les mouvements latéraux. 

La raquette est strappée mais la puissance est diminuée par la faible amplitude des gestes.

Un assistant au service est autorisé pour lancer la balle, même si certains athlètes lancent la balle avec le pied.

Tennis de table

Classe 1

Classe 1 : Tétraplégique parfois en fauteuil électrique, raquette attachée dans la main.

Classes 1 à 5 : joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 1 présentent princiapalement une atteinte sévère des deux membres supérieurs, du tronc et un handicap majeur des membres inférieurs.

Les troubles de l'équilibre étant courants, les joueurs sont donc autorisés à toucher la table avec la main qui tient la raquette, pour se rééquilibrer. Ils peuvent aussi avoir recours à un fauteuil électrique. La raquette est maintenue dans la main par une attelle. 

Les échanges sont très courts et ils est interdit de servir depuis les côtés de la table ou utiliser un effet rétro, ce qui rendrait impossible la réception.

Classe 10

Classe 10 : Handicap du bras qui ne tient pas la raquette, mais qui n’entraîne pas un déséquilibre trop important, ou léger handicap d’un membre inférieur permettant un excellent déplacement.

Classes 6 à 10 : joueur debout (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 10 présenent un handicap du bras qui ne tient pas la raquette, mais qui n'entraîne pas un déséquilibre trop important, ou un léger handicap d'un membre inférieur, permettant un excellent déplacement. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- L'atteinte légère d'un pied

- L'atteinte légère de la main qui tient la raquette

- Le handicap majeur d'un avant bras

- L'absence d'un avant bras

Les sportifs de cette catégorie évoluent sans aucune adaptation du dispositif, ni des règles du tennis de table valide. Selon leur handicap, un manque de précision peut s'observer dans les appuis, sur certains coups techniques ou dans l'équilibrage du corps dans le jeu.

Classe 11

Classe 11 : Déficience intellectuelle - est organisée par la Fédération Française du Sport Adapté – FFSA

 

En tennis de table, les pongistes de la catégorie 11 présentent une déficience intellectuelle. Ils n'ont donc aucun handicap physique.

Les athlètes de cette catégorie doivent avoir un QI évalué en deçà de 70 avant leur majorité. Ils doivent également avoir une déficience dans deux des quatre domaines que sont : l'autonomie, la socialisation, la communication ou la motricité, ainsi qu'une incidence de leur déficience sur la pratique sportive.

Pour ces sportifs, les intentions stratégiques sont limitées par la déficience, la prise en compte de l'adversaire est complexe et pose souvent de grosses difficultés de compréhension face à la stratégie adverse à laquelle le sportif n'est pas toujours en capacité de s'adapter.

Ces athlètes nécessitent une pédagogie spécifique et beaucoup plus longue dans les apprentissages de la discipline. L'accompagnement humain du coach et de l'entourage sont particulièrement importants.

Classe 2

Classe 2 : Tétraplégique plus autonome, raquette également fixée dans la main.

Classes 1 à 5 : joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 2 présentent principalement une atteinte légère aux bras, un handicap sévère aux mains ainsi qu'un handicap majeur des membres inférieurs et du tronc.

Les troubles de l'équilibre étant importants, les joueurs sont donc autorisés à toucher la table avec la main qui tient la raquette, pour se rééquilibrer. Les mouvements de mains sont bien coordonnés mais avec une force limitée. 

La raquette est souvent maintenue dans la main par une attelle et il est interdit de servir depuis les côtés de la table ou utiliser un effet rétro, ce qui rendrait impossible la réception.

Classe 3

Classe 3 : Paraplégique ayant une perte importante d’équilibre.

Classes 1 à 5 : joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 3 présentent majoritairement :

- Une atteinte légère des membres supérieurs, un handicap majeur du tronc au niveau abdominale et des membres inférieurs 

- Un handicap majeur du tronc au niveau abdominale et des membres inférieurs

Une petite déficience motrice peut être observée dans la main qui tient la raquette. Mais sans perte significative pour tous les coups. De petits changements de position du tronc sont possibles grâce à la main libre qui tient le fauteuil roulant.

Il est interdit de servir depuis les côtés de la table et d'utiliser un effet rétro ce qui rendrait impossible la réception. Les troubles de l'équilibre étant importants, les joueurs peuvent toucher la table avec la main qui tient la raquette pour se rééquilibrer.

Classe 4

Classe 4 : Paraplégique ayant une meilleure stabilité du tronc.

Classes 1 à 5 : joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 4 présenent principalement un handicap sévère du tronc au niveau abdominale et un handicap majeur des membres inférieurs.

Du fait de l'atteinte du tronc, les mouvements du corps pour augmenter la distance couverte ne sont possible qu'en utilisant la main libre pour tenir le fauteuil, mais sans pour autant se pencher au maximum.

Les joueurs peuvent toucher la table avec la main qui tient la raquette pour se rééquilibrer. En revanche, il est interdit de servir depuis les côtés de la table ou d'utiliser un effet rétro, ce qui rendrait impossible la réception.

Classe 5

Classe 5 : Para-polio ou handicap divers ne permettant pas la pratique en position debout.

Classes 1 à 5 : joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 5 ont un handicap qui ne permet pas la pratique debout. Ils présentent majoritairement les handicaps suivants :

- Un handicap majeur des membres inférieurs 

La station debout est presque impossible mais les concurrents peuvent utiliser leurs jambes comme appui sur le fauteuil. 

Les joueurs peuvent toucher la table avec la main qui tient la raquette pour se rééquilibrer. En revanche, il est interdit de servir depuis les côtés de la table ou d'utiliser un effet rétro, ce qui rendrait impossible la réception.

Classe 6

Classe 6 : Handicap très important des membres inférieurs associé parfois à un handicap d’un ou des membres supérieurs.

Classes 6 à 10 : Plus le chiffre est bas plus le handicap est important.

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 6 doivent présenter un handicap très important des membres inférieurs, associé parfois à un handicap important d'un ou des memebres supérieurs, avec d'importantes difficultés dans les déplacements et l'équilibre. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Un handicap sévère des deux bras ainsi que des membres inférieurs

- Une atteinte sévère d'un bras et des membres inférieurs

- Une atteinte unilatérale d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc (hémiplégie)

- Le handicap majeur d'une main et des deux membres inférieurs

- Une absence des deux membres inférieurs

Dans cette catégorie, l'utilisation de béquilles est possible même si la station debout est difficile et la perte d'équilibre régulière.

Classe 7

Classe 7 : Handicap des membres inférieurs et du bras qui tient la raquette.

Classes 6 à 10 : joueur debout (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 7 doivent présenter un handicap associé ou pas des membres inférieurs et du bras qui tient la raquette, avec une incidence sur les déplacement, et l'équilibre. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère d'un bras et un handicap sévère des jambes

- Un handicap sévère d'un bras et léger des membres inférieurs 

- Un handicap unilatérale léger d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc (hémiplégie)

- Une atteinte sévère d'une jambe

- L'absence d'un membre inférieur

Dans cette catégorie, l'utilisation de béquilles est possible car les troubles de l'équilire sont fréquents en station debout et dans les longs déplacements.

Classe 8

Classe 8 : Handicap important sur un ou deux membres inférieurs qui gène le déplacement.

Classes 6 à 10 : joueur debout (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

 

En tennis de table, les athlètes de la catégorie 8 doivent présenter un handicap important sur un ou deux membres inférieurs gênant le déplacement ou un handicap important au niveau du bras jouant. On retrouve principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des membres inférieurs 

- Une atteinte unilatérale légère d'un membre supérieur, d'un membre supérieur et du tronc (hémiplégie)

- Une petite taille

Les athlètes présentent surtout des troubles de déplacement. Les sportifs de petite taille ont tendance à s'éloigner de la table, pour une meilleure vision du jeu.

Classe 9

Classe 9 : Handicap sur un membre inférieur, ou sur un membre supérieur qui engendre un déséquilibre.
Classes 6 à 10 : joueur debout (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).
 
 
En tennis de table, les athlètes de la catégorie 9 présentent un handicap sur un membre inférieur, ou sur le membre supérieur jouant, ou sur le membre supérieur non jouant qui engendre un déséquilibre. On retrouve principalement les handicaps suivants :
- Une atteinte sévère au niveau du pied et du tibia sur l'une des jambes
- L'absence d'un tibia
- Un handicap léger à un des bras
- L'absence d'un bras
Les sportifs de cette catégorie évoluent sans aucune adaptation du dispositif, ni des règles du tennis de table valide. Leur handicap peut influer sur leurs déplacements ou sur l'impact de balle.

Open assis

Classe 1 : Tétraplégique parfois en fauteuil électrique, raquette attachée dans la main.

Classe 2 : Tétraplégique plus autonome, raquette également fixée dans la main.

Classe 3 : Paraplégique ayant une perte importante d’équilibre.

Classe 4 : Paraplégique ayant une meilleure stabilité du tronc.

Classe 5 : Para-polio ou handicap divers ne permettant pas la pratique en position debout.

Joueur en fauteuil (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

Open debout

Classe 6 : Handicap très important des membres inférieurs associé parfois à un handicap d’un ou des membres supérieurs.

Classe 7 : Handicap des membres inférieurs et du bras qui tient la raquette.

Classe 8 : Handicap important sur un ou deux membres inférieurs qui gène le déplacement.

Classe 9 : Handicap sur un membre inférieur, ou sur un membre supérieur qui engendre un déséquilibre.

Classe 10 : Handicap du bras qui ne tient pas la raquette, mais qui n’entraîne pas un déséquilibre trop important, ou léger handicap d’un membre inférieur permettant un excellent déplacement.

Joueur debout (plus le chiffre est bas plus le handicap est important).

Tir à l'arc

Open

Open

Archer debout – amputés….

Archer en fauteuil – tétraplégiques et assimilés

Archer en fauteuil – paraplégiques et assimilés

 

Pour être classifié en tir à l'arc Open, il faut présenter un handicap léger, soit dans les membres inférieurs, soit dans les membres supérieurs. Les sportifs en compétition présentent principalement les handicaps suivants : 

- Un handicap majeur des jambes

- L'absence d'une jambe

- L'absence d'un membre supérieur

- Un handicap sévère d'une jambe

- Un handicap sévère d'un bras

Les archers Open, sont classés soit en Open arc à poulie, soit en arc classique en fonction du choix de leur arc.

En fonction du déficit de la personne, le classificateur peut les autoriser à utiliser un fauteuil roulant ou un tabouret. Les archers peuvent également avoir recours, uniquement pour ceux qui tirent avec un arc à poulie, à un décocheur au menton, ou à la bouche.

ST (Debout)

ST (Debout) : Archer debout – amputés….

V1

Partiellement ouvert à l’international, les archers malvoyants ou aveugles peuvent participer à des compétitions.

HV1 : Archer tirant avec une potence et un bandeau

V2 V3

Partiellement ouvert à l’international, les archers malvoyants ou aveugles peuvent participer à des compétitions.

HV2-3 : Archer tirant avec une potence et sans bandeau

W1

Catégorie W1 : Archer en fauteuil – tétraplégiques et assimilés

 

Pour être classifiées en tir à l'arc W1, les personnes doivent présenter les handicaps suivants :

- Une atteinte légère des quatres membres et du tronc

- Une atteinte sevère des quatres membres et du tronc

- Une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc et une atteinte légère des membres supérieurs

- Une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc et sévère des membres supérieurs

Pour compenser ces déficits, ils sont autorisés à utiliser des sangles thoraciques ou au niveau des épaules et tirent tous en fauteuil roulant.

Dans cette catégorie les arcs classiques et les arcs à poulie sont mélangés. La particularité des arcs à poulie pour les W1, est d'avoir une puissance limitée à 45 livres et de ne pas posséder de scope et de visette.

Dans les faits, tous les archers W1, au niveau international, tirent avec un arc à poulie. 

W2

Catégorie W2 : Archer en fauteuil – paraplégiques et assimilés

Tir sportif

Open

SG | L

SG | L : Debout (membre inférieur)

Athlètes ayant un bon équilibre et une bonne fonction du tronc, en compétition depuis une position debout. Les athlètes ont une déficience du membre inférieur, mais aucune limitation fonctionnelle dans les membres supérieurs.

SG | S

SG | S : Assis

Athlètes présentant un mauvais équilibre et/ou une stabilité du tronc, en compétition depuis un fauteuil roulant dans une position assise standard. Les athlètes ont une déficience du membre inférieur, mais aucune limitation fonctionnelle dans les membres supérieurs.

SG | U

SG | U : Debout (membre supérieur)

Athlètes avec un bon équilibre et une fonction de tronc, en compétition depuis une position debout. Les athlètes ont une déficience dans le bras sans tir.

SH1

Catégorie SH1 : Tireurs pouvant porter leur arme sans aide extérieure

 

En tir sportif, dans la catégorie SH1, les athlètes éligibles doivent présenter une atteinte des membres inférieurs. On retrouve majoritairement les handicaps suivants :

- Un handicap léger d'un membre inférieur

- Une atteinte sévère des deux membres inférieurs

- Une atteinte majeure des membres inférieurs et du tronc au niveau abdominale

- Une amputation tibiable ou assimilée

- L'absence totale d'un membre inférieur

La stabilité pour le tir debout est limitée voir impossible pour certains athlètes. Le tir peut se pratiquer en fauteuil et les prothèses sont autorisées pour les personnes amputées.

SH2

Catégorie SH2 : Tireurs ne pouvant supporter le poids de leur arme avec leurs bras, utilisation d’une potence

 

En tir sportif, dans la catégorie SH2, les athlètes éligibles doivent présenter une atteinte de l'un des membres supérieurs. Les athlètes présentent principalement les handicaps suivants :

- Une atteinte légère à l'un des membres supérieurs 

- Un handicap majeur des bras, des jambes et du tronc avec une atteinte sévère des mains 

- L'absence d'un membre supérieur

- Un handicap sévère latérale de l'un des membres supérieurs, l'un des membres inférieurs et du tronc 

- Une petite taille

Dans cette catégprie, la potence est autorisée pour aider au maintient de l'arme. Un assistant peut aider l'athlète à positionner l'arme sur la potence, l'armer et éventuellement déplacer le tireur.

Triathlon

PTHC

PTHC : paratriathlète utilisant un vélo couché et un fauteuil roulant sur les segments de courses avec deux sous classe :

  • H1 : Athlètes aux capacités les plus altérées
  • H2 : Athlètes aux capacités les moins altérées

PTS2

PTS2 : paratriathlète présentant des déficiences physique graves utilisant une prothèses homologué ou autres appareils de soutien en vélo et course à pied

PTS3

PTS3 : paratriathlète présentant des déficiences importantes. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses approuvées ou autres dispositifs de soutien.

PTS4

PTS4 : paratriathlète présentant déficiences modérées. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses ou autres dispositifs de soutien

PTS5

PTS5 : paratriathlète présentant des déficiences légères. Dans les deux segments, vélo et course, l'athlète peut utiliser des prothèses approuvées ou autres dispositifs de soutien

PTVI

PTVI : Déficience visuelle totale ou partielle avec trois sous-classe. Un guide est obligatoire sur toute la course, le segment de vélo est effectué en tandem :

  • B1 : les athlètes qui sont totalement aveugles, aucune perception de la lumière dans les deux yeux.
  • B2 : les athlètes ayant une perception de la lumière.
  • B3 : les athlètes ayant une déficience visuelle importante.

Voile

2.4 mR

En voile, dans la catégorie 2.4, à l'exception de la cécité, il est possible de retrouver tous les types de handicaps. Toutefois les plus représenter en compétition sont : 

- L'atteinte sévère d'un membre supérieur, d'un membre inférieur et du tronc au niveau latéral

- L'absence d'un membre supérieur

- L'absence d'un membre inférieur

- Un handicap total des membres inférieurs et du tronc

Le règlement autorise l'aménagement intérieur de l'embarcation. Pour la navigation les athlètes amputés ne peuvent embarquer leur prothèse. La conduite au pied est autorisée. A noter que que les hommes et les femmes concourent ensemble.

Sonar

En voile, dans la catégorie Sonar, les sportifs les moins handicapés sont notés 7 et les plus handicapés 1. L'addition des handicaps de l'équipage ne doit pas dépasser 14 pour pouvoir concourir. Les handicaps considérés dans cette catégorie sont : 

- Une atteinte totale des membres inférieurs et du tronc  

- L'absence d'un membre supérieur 

- L'absence d'un membre inférieur

- La cécité

Au sein de chaque embarcation on trouve un barreur, le responsable de la grande voile et celui de la partie avant. Les rôles sont répartis selon les handicaps des partenaires.

Les cockpits à l'intérieur de certaines embarcations sont modifiés pour s'adapter aux troubles des sportifs.

Volley-ball

Assis

En volley-assis, les athlètes doivent présenter un handicap permanent des membres inférieurs. On retrouve princiapelement les handicaps suivants :

- Une atteinte sévère des membres inférieurs

- Une absence des deux membres inférieurs au dessous du genou

- L'absence d'un membre inférieur

Les athlètes sont classés en deux groupes : les MD qui présentent les handicaps les plus légers et les D. Il ne peut y avoir qu'un seul athlète de la catégorie MD sur le terrain. Du fait du handicap, les déplacements se font plus ou moins vite, et les appuis sont plus ou moins limités. 

Le corps doit toujours être en contact avec le sol quand un joueur touche la balle. Le contre est autorisé sur service adverse.

Wakeboard

Assis

Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message