Foot amputes

Bilan de la coupe d'Europe par Jérôme Venzo et Denis Chaussemy

Posté le 11 oct, à 19h00

Coupe d'Europe de football amputés 2017

A Istanbul (Turquie), du 01 au 09 octobre

 

Interview de Jérôme Venzo (entraîneur de l'équipe française de football amputé) et Denis Chaussemy (président et joueur), tout juste de retour de la coupe d'Europe qui se déroulait du 1er au 9 octobre à Istanbul en Turquie.

 

Equipe française de football pour amputés > www.effa-foot.fr

 

Brièvement qui est Jérôme Venzo ?

J'étais supporter des bleus depuis 2009, entraineur adjoint de l'équipe française de football amputé depuis 2012 et depuis 2016 entraîneur de l'équipe.
Je suis marié avec Stéphanie avec qui je partage ma vie depuis 22 ans et nous avons 3 garçons Bastien 13 ans, Mathis 12 ans et Rémi 9 ans. Je travaille chez NTN SNR en tant que régleur professionnel dans la fabrication de roulements de voitures depuis plus de 18 ans.

 

Coeur Handisport (CH) : Quel était l'objectif de la France pour la coupe d'Europe ? 

Jérôme Venzo : Notre objectif premier était de passer les poules pour effectuer les phases finales avec à la clé une qualification pour la coupe du monde en 2018. 
Mais aussi de promouvoir, encourager et déployer la pratique du football loisir et de compétition par des personnes amputées sur l'ensemble du territoire en collaboration avec la WAFF (World Amputée Football Fédération) et la FFH (Fédération Française de Handisport).
Démontrer que le handicap n'est pas un frein à la pratique du sport. Continuer à représenter notre pays lors des compétitions internationales et européennes.

La compétition s'annonçait intensive car le temps entre 2 matchs était de plus ou moins 24 heures sur les matchs de poule. Puis une journée de repos pour le tirage des phases finale et de nouveau un match chaque jour.

 

CH : Quel bilan tirez vous de cette 7ème place ?

Jérôme Venzo : Le bilan de cette 7ème place, on est forcément un peu déçu d'être passer une nouvelle fois à côté d'une 5ème voir 6ème place contre l'Italie mais nous sommes entrain de reconstruire cette équipe avec des anciens et nouveaux joueurs qui ont beaucoup à apprendre et qui ont du talent pour les années futures pour conduire cette équipe encore plus haute avec nos valeurs.

 

CH : Cette coupe d'Europe en Turquie est elle une réussite en terme de visibiltié pour votre discipline ?

Jérôme Venzo : La coupe d'Europe en Turquie n'a pas eu beaucoup d'importance en France à part pour nos amis et familles car les médias ne parlent pas de nous ce qui est dommage pour notre discipline car en Turquie il n'y a pas de différence entre les amputés et l'équipe nationale de Turquie. D'ailleurs la Turquie diffuse à la télé et a réussit à développer cette discipline en quelques années en 2 championnats de 20 équipes. Nous un seul suffirait pour développer notre discipline en France, pour cela il faut un bon nombre de joueurs pour un jour on l'espère créer un championnat en France reconnu par la FFF. Et pour que les gens nous applaudissent​ à l'aéroport au lieu de nous dire "pourquoi ils nous passent devant alors qu'ils n'ont qu'une paire de béquilles à la main". Pour cela nous aimerions créer une école de football amputé, préparer les joueurs à la compétition avec des objectifs et des résultats. Participer à des plateaux et tournois de sensibilisation auprès des jeunes. Et recruter des joueurs en organisant des journées de sensibilisation auprès des centres de rééducations fonctionnelles.

 

Pour le mot de la fin de Jérôme Venzo : Je tiens à remercier tous mes joueurs sur l'enemsble du territoire pour leur travail accompli chaque semaine avec moi et sans moi.

 

Sans oublier notre prix du fair-play en Turquie pour notre comportement à la sortie des joueurs avec une haie d'honneur.

 

Mais aussi à tous nos partenaires de plus en plus nombreux qui nous aident financièrement pour nos déplacements et équipements c'est à travers la pratique du football que notre association attache beaucoup d'importance à la transmission de valeurs de partage de respect, de dépassement de soi, de persévérance et de tolérance à nos licenciés qu'aux personnes personnes extérieures à notre discipline. Conserver l'esprit de fair-play et le respect de chacun qui doivent animer les joueurs dans la pratique du sport.


Voilà je vais finir par cette phrase de Charles Santré "La seule chose qui peut rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer"

________________________________________________

 

Qui est Denis Chaussemy ?

Denis Chaussemy marié, deux filles, commercial pour la société Chartreuse Diffusion. Il est président de l'équipe de France depuis 1 an et joueur depuis la création en 2007 en tant que défenseur central.

 

CH : Quel était l'objectif de la France pour la coupe d'Europe ?

Denis Chaussemy : Les objectifs étaient multiples : tout d'abord de se qualifier pour la coupe du Monde 2018 au Mexique, chose faite ainsi que de faire vivre le groupe correctement (sachant que l'équipe a failli se disloquer l'année dernière après un tournoi en Pologne qui s'était très mal passé niveau ambiance et vie de groupe).

En ce qui concerne l'objectif sportif c'était de passer les poules et d'aller le plus loin possible après les quarts de finale tout en sachant que les 4 premières places étaient quasi inaccessibles vu notre niveau.

Pour ce faire nous avons organisé trois stages de préparation entre avril et septembre (trop peu mais mieux que rien) puis une assiduitée demandé lors des entrainements. Sur ce point, du chemin reste à faire.

 

CH : Quel bilan tirez vous de cette 7ème place ?

Denis Chaussemy : Cette septième place reflète notre niveau sur la scène européenne. Même si nous regrettons notre défaite contre l'Italie qui aurait du nous ouvrir les portes des matchs pour la 5ème ou 6ème place.

 

CH : Cette coupe d'Europe en Turquie est elle une réussite en terme de visibiltié pour votre discipline ?

Denis Chaussemy : Cette coupe d'Europe est une vraie réussite. Si seulement un ou deux journalistes Français avaient pris la peine de suivre l'événement cela aurait sans aucun doute été très bénéfique pour la visibilité de notre discipline en France. Malheureusement malgré les communiqués, différentes annonces rien n'a bougé !

Il faut voir comme ce sport est développé en Turquie. Les matchs sont retransmis à la télé, il y a deux divisions, les joueurs sont professionnels et même certains joueurs sont achetés et viennent d'autres pays pour jouer dans le championnat. Sans en arriver là, nous souhaiterions mettre en place un championnat en France. Cependant cela sera très difficile sans beaucoup plus de visibilité et sans l'appui de grands clubs français. Nous peinons à trouver de nouveaux joueurs. C'est une discipline qui mérite vraiment d'être mise en lumière. Je suis pour ma part très heureux d'avoir dirigé cette équipe durant cette coupe d'Europe et très fier des joueurs et de l'image que nous avons renvoyée. Nous avons d'ailleurs gagné le trophée de l'équipe la plus fair-play.

 

Comme je l'ai dit aux joueurs en fin de tournoi, je pense que c'est malgré nos dix ans d'existence, c'est le début d'une belle aventure et la naissance d'une belle équipe !

 

Merci à Jérôme Venzo et Didier Chaussemy pour le temps accordé à Coeur Handisport pour cette interview ; nous souhaitons voir cette discipline se développer avec pourquoi pas la création d'un championnat prochainement.

 

Photo : EFFA

Article : Coeur Handisport

Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message