Taekwondo

Alain Akakpo : Des Invictus Games aux mondiaux de taekwondo avec l'objectif 2020

Posté le 17 oct, à 19h30

Championnats du Monde de taekwondo 2017

A Londres (Royaume-Uni), le 19 octobre

 

Interview d'Alain Akakpo, membre de l'équipe de France de taekwondo, qui s'apprête à disputer les championnats du monde à Londres dans quelques heures après avoir brillé aux Invictus Games 2017 en athlétisme.

 

Brièvement qui est Alain Akakpo

Il est ancien membre de l'équipe de france paralympique d'athlétisme en sprint, sur 100m, 200m, 4x100m et saut en longueur. Il a 7 ans d'athlétisme à haut niveau à son actif avec une participation aux Jeux Paralympiques de Londres 2012 avec une 4ème place au saut en longueur.

Il est sportif de haut niveau de la défense et civil. Il est détaché pour s'entraîner, en tant que salarié au CSINI (Cerle Sportif de l'Institution Nationale des Invalides) depuis 2009, qui le met en condition pour pouvoir répondre présent aux compétitions internationales et représenter l'armée.

A présent, il est membre de l'équipe de France paralympique de taekwondo depuis janvier 2017.

 

Coeur Handisport (CH) : Vous avez brillé aux Invictus Games 2017 en septembre, quel bilan tirez vous ?

Alain Akakpo : Un bon bilan, malheureusement j'aurais souhaité faire le triplé en or avec le 100m et le 200m, car j'étais invaincu depuis 2014 mais cette fois je dois me contenter de l'argent. Cela s'explique par le fait que je me suis lancé dans la pratique du taekwondo et du coup j'ai laissé un peu de côté la préparation athlétisme. 

Malgré les deuxièmes places, c'est un très bon bilan car je fais une médaille d'or sur 400m avec un temps convenable pour quelqu'un qui s'entraîne si peu. Puis on remporte la médaille d'or sur le 4x100m que l'on attendait depuis 2014.

 

CH : Après cette victoire sur 4x100m, vous disiez que c'était la plus belle des médailles, pourquoi ? 

Alain Akakpo : C'est une satisfaction car c'est une médaille en équipe, il y a du partage et un autre engouement qu'une course individuelle. Surtout que l'on terminait à la deuxième place derrière les américains depuis 2014. Cette fois on termine loin devant car on a bien travaillé le relais, cela a payé. Notre entraîneur, ancien médaillé aux championnats d'Europe sur 4x100m au niveau valide nous a bien entrainé et bien préparé pour gagner le relais, cette victoire est une grande satisfaction.

 

CH : Vous allez disputer les mondiaux de taekwondo dans 3 jours, comment vous sentez vous et quel est votre objectif ?

Alain Akakpo : Je me sens plutôt bien car je sors des Invictus Games avec une bonne énergie. Pour 2017, le taekwondo est une année un peu découverte même si on fait des grosses compétitions. Le but étant de connaitre la discipline, d'être de plus en plus alaise et de gagner des points pour évoluer au classement mondial. 

On va allez chercher ce qui est possible d'obtenir sans réfléchir, essayer de gravir étape par étape la compétition, en s'appliquant au premier combat pour passer au deuxième combat et ainsi de suite. On tentera de faire du mieux possible mais sans pression. Car je suis nouveau dans le circuit, et en accord avec mon entraineur c'est une année de transition entre l'athlétisme et le taekwondo dans le but de gagner en expérience. Car je ne pouvais pas me préparer à 100% ni pour l'un ni pour l'autre.

 

Et là c'est parfait pour la transition car après les Invictus, je termine le saison par les mondiaux de taekwondo. 

 

CH : Malgré le fait d'être nouveau dans la discipline, vous êtes déjà n°10 mondial grâce aux compétitons 2017, cela doit nourrir de l'ambition ?

Alain Akakpo : Bien sur, justement d'améliorer mon classement mondial, d'ailleurs je ne pensais pas en arriver là en commençant en janvier, donc c'est très bien. De plus aux mondiaux il y a 100 points au maximum à remporter et je suis actuellement à 30 points du n°2 mondial. Donc j'ai tout intérêt à aller le plus loin possible dans la compétition, de décrocher une médaille pour améliorer mon classement mondial, mais aussi pour gagner en expérience pour les trois années à venir. 

 

CH : Pourquoi passer de l'athlétisme au taekwondo ? Dans quelle perspective ?

Alain Akakpo : Je pensais avoir fait le tour au niveau de l'athlétisme après 7 ans de pratique à haut niveau, et à la base le défi était de participer aux Jeux Paralympiques de Londres 2012. Cela a été fait, mais avec le regret de ne pas avoir ramené une médaille après une quatrième place au saut en longueur. 

A la base, je viens des sports de combat car j'adore cela et je m'étais toujours dit que si un sport de combat en dehors du judo (aux Jeux > déficients visuels) devenait une discipline paralympique, je me lancerais et que cela serait mon nouveau défi. Chose faite l'année dernière, avec l'annonce de l'entrée du taekwondo aux Jeux Paralympiques de Tokyo 2020. 

 

Comme j'aime les défis et que je vis pour les défis, mon nouveau défi est de participer aux Jeux mais en taekwondo.

 

CH : Avec cet objectif de taille, allez vous continuer à participer aux Invictus Games ?

Alain Akakpo : Oui, car les Invictus c'est une compétition importante pour moi et incomparable aux autres compétitions car elle est pour les blessés de la défense. C'est un partage différent au niveau de la compétition en elle même car nous sommes tous des frères d'arme. 

Donc même si je suis en chemin de sélection pour les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020, j'espère être à Sydney pour l'édition 2018 des Invictus Games pour décrocher à nouveau la médaille d'or sur 100m et 200m et confirmer sur 4x100m.

L'athlétisme ne peut pas s'oublier comme ça, comme mon entraineur est ouvert, on arrive à programmer, à s'arranger pour faire en sorte que je sois d'attaque pour chaque compétition. Même si ce n'est pas le même sport, le sprint est une préparation complémentaire au taekwondo, avec la notion de vitesse, d'explositivé, de concentration... 

 

Mot de la fin de Alain Akakpo : Je remercie toutes les personnes qui suivent mon aventure sportive et les sportifs paralympiques, notamment via ma page facebook, c'est quelque chose que j'apprécie vraiment car dans les moments de doute, cela motive et soutien. Je remercie ma famille derrière moi qui me motive à faire toujours plus, à rester motivé, concentré et d'avoir de nouveaux défis, le soutien de la famille c'est le plus important.

 

J'ai eu la chance d'avoir mon frère avec moi aux Invictus Games 2017, nous nous étions pas vu depuis 3 ans et demi donc c'était une expérience forte et qui restera gravé pour nous deux à vie. 

 

Je remercie mon entraineur de taekwondo Oury Stzantman, l'armée et le CSINI pour tout ce qui est mis en place pour performer comme le détachement et l'aménagement des horaires. 

Pour finir Coeur Handisport, car j'ai connu la page sur facebook en 2013, je regarde l'actualité depuis plusioeurs années maintenant et le travaille effectué est top. 

 

Merci à Alain Akakpo pour le temps accordé à Coeur Handisport pour cette interview ; nous souhaitons le voir briller pur sa première participation aux championnats du monde de taekwondo et pourquoi pas le voir accomplir son défi des Jeux de Tokyo 2020.

 

Photo : Invictus Games

Article : Coeur Handisport

Avec : Alain Akakpo.
Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message