Nat./Sports nautiques

page

Articles par page

Paddle

Posté le 03 jui, à 18h30

Yukon River Quest

. A . (Canada)

 

Le 27 juin débutait la Yukon River Quest, la course la plus longue du monde avec un parcours de 750 km de Stand-up Paddle à laquelle participait le français Sébastien Le Meaux (malvoyant - vision 1/20) avec son binôme et guide Stéphane Leblond, en SUP tandem. Sébastien était le premier francais et la première personne en situation de handicap à tenter l’aventure Canadienne. 

 

C'est une incroyable et belle performance de Sébastien Le Meaux qui termine 2ème en 60 heures 25 minutes et 46 secondes dans la catégorie Stand-up Paddle et 46ème toutes catégories confondues sur 116 équipages au départ. Devant, l'américain Bart De Zwart s'impose en 55 heures 35 minutes et 30 secondes et remporte ainsi sa troisième victoire à la Yukon River Quest (2015, 2016 et 2018). 

 

Podium Stand-up Paddle (SUP)

1 - 55:35:30 | Bart De Zwart- Etats-Unis Drapeau : États-Unis 

2 - 60:25:46 | Sébastien Le Meaux (guide Stéphane Leblond) - France Drapeau : France 

3 - 69:45:11 | Alex De Sain - Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 

 

L'anecdote de Sébastien Le Meaux

«Après 25 heures debout et pagayant, je me suis endormi et je suis tombé dans l'eau», a-t-il déclaré. "Il faisait froid et ça m'a réveillé mais j'étais tellement épuisé que je n'avais aucune idée de l'endroit où j'étais... Nous avons recommencé à plein régime pour nous réchauffer."

 

>>> Yukon River Quest : Le challenge de l’extrême de Sébastien Le Meaux

 

Photo : Yukon River Quest

Article : Coeur Handisport

Paddle

Posté le 25 jui, à 19h30

Yukon River Quest

. A . (Canada)

 

Le 27 juin débute la Yukon River Quest, la course la plus longue du monde avec un parcours de 750 km de Stand Up Paddle à laquelle participera le français Sébastien Le Meaux avec son binôme et guide Stéphane Leblond, en SUP tandem. Malvoyant, Sébastien nous raconte sa préparation à cette course Canadienne. Il sera le 1er francais à tenter l’aventure.

 

Comment en es-tu arrivé à pratiquer de telles courses de Stand Up Paddle ?
Sébastien Le Meaux :
 J’ai un parcours sportif assez atypique. J’ai touché un peu à tous les sports quand j’étais jeune, entre l’athlétisme, le rugby et le judo. Pendant 14 ans, j’étais en équipe olympique de Judo mais j’ai dû arrêter sur blessure… 7 opérations de l’épaule. Suite à cela, j’ai arrêté ce sport. Maintenant ça fait 2 ans que je pratique le paddle à 200%.

 

A 17 ans, tu es touché par la maladie orpheline de Staggart qui te fait perdre une partie de tes capacités visuelles. Comment adaptes-tu désormais ta pratique ?
Il n’y a que 50 cas recensés. Cette maladie se déclenche suite à un choc physique ou psychologique. J’ai eu un accident à 17 ans et lorsque je me suis réveillé, je ne voyais plus rien du tout. Ma vision n’est plus que périphérique, j’ai dû faire beaucoup de rééducation pour être le plus autonome possible. Pour le paddle, je ne vois pas le relief. Ma vue d’ensemble est correcte mais je perds la mise au point. Pour moi, tout est plat, qu’il y ait des vagues ou du courant. Gros effet de surprise au début. Maintenant, je suis habitué à être en binôme avec mon guide, qui me dit « attention une vague arrive de gauche, le vent est de face », etc. En fonction de ses indications, j’anticipe. C’est très physique car tu perds énormément d’attention. On a développé un SUP en tandem, où je me concentre uniquement sur la rame.

 

Comment as-tu décidé  de pratiquer les sports nautiques ?
J’ai grandi au bord de la mer, donc j’ai toujours voulu essayer des sports en rapport avec l’eau.  Un été, avec un copain, on s’est lancé le défi de traverser La Manche. On s’est lancé dans la pirogue, avant que je me mette au paddle. Avec mon coéquipier, on s’est rapidement orienté vers les formats longue distance, comme le circuit Triple Crown SUP en Dordogne (130km), les 24h en Espagne, le SUP Eleven City Tour en Hollande (220 km)  et enfin celui de la Yukon River au Canada… de 750 km !

 

Parle-nous de la Yukon River Quest , une course de 750 km que tu réalises en SUP et qui démarre le 27 juin.
La Yukon River Quest, c’est la course la plus longue du monde avec un parcours de 750 km, 90% sur la rivière et un grand passage sur un lac. Ce sera certainement une partie un peu compliquée car s’il y a du vent, il faudra se mettre à l’abri. Il y aussi un passage un peu complexe sur 10km, avec beaucoup de rapides. Vu le shape de notre planche, ça devrait passer tout seul ! Il y a 7h obligatoire d’arrêt. On va manger sur la planche pour ne pas perdre de temps.

Autrement l’équipement obligatoire est drastique, car sur la rivière Yukon il peut y avoir de grosses variations de températures. Vous pouvez partir avec 30 degrés et atteindre en milieu de course 3 degrés.

 

Côté matériel, vous êtes équipés d’un SUP tandem pour l’occasion…
Ce qui est top, c’est qu’on est les premiers à faire cette course en tandem, les premiers français et première personne en situation de handicap. Avec notre fabriquant de tandem, on a fait faire un SUP gonflable. Il est un peu moins performant qu’un SUP dur mais bon, sur 750km, on ne verra pas la différence. C’est Patrice Remoiville (3 BAY), l’ancien shaper de chez BIC, qui nous a conçu notre SUP. J’étais allé le voir pour faire un tandem adapté aux malvoyants. On est actuellement en train de travailler sur notre 4ème paddle.

 

Physiquement, comment te prépares-tu à la Yukon ?
Stéphane et moi avons un préparateur : Vincent Guillaume. Il s’occupe de l’équipe de France de paddle. Ca fait quasiment 1 an qu’il nous prépare pour la Yukon. On s’entraîne 6 jours sur 7. C’est 3 heures de rame tous les matins. Le week-end nous faisons des sorties longues. On a jamais les mêmes programmes. Je me fais également des circuits cross-fit en poids de forme.

 

Tu es le fondateur de Handi’Vision, peux-tu nous en dire quelques mots ?
Ce sont des défis sportifs très réguliers et beaucoup de sensibilisation chez les jeunes en scolaire, de 9 à 12 ans, mais aussi des collégiens et plus.
On leur explique ce qu’est le handicap et le handicap visuel. On essaye de les mettre en situation, et au fur et à mesure on relie tout cela au sport en expliquant le rôle du sport dans le développement d’autres capacités.

 

page

Articles par page

Votre email
Mot de passe :

Flash

Propulsé par HelloAsso
Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2018 Coeur Handisport
Publicités
Logo Coeur Handisport version 2017

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message