Voile

La Transat dans un fauteuil (8000 km) de Jean d'Artigues

Posté le 11 oct, à 18h10

Transat dans un fauteuil 2016

A Vannes (France), le 08 octobre
 
Jean d'Artigues repousse les limites depuis 5 ans pour vivre pleinement malgré une maladie neurologique incurable et évolutive qui me paralyse progressivement : la maladie de Charcot ou SLA. Aujourd'hui père de famille, chef d'entreprise et tétraplégique, il réalise un projet ambitieux : la "Transat dans un fauteuil" ! Il souhaite devenir passeur d'espoir pour tous ceux qui croient possible l'impossible. En premier lieu pour toutes les personnes atteintes de la SLA, mais aussi pour tous les accidentés de la vie.
 
Son projet : traverser l’Atlantique en équipage comme "skipper en fauteuil" sur un catamaran de série aménagé a minima. Le parcours les conduira en 6 semaines depuis la Bretagne, départ samedi 8 octobre de Vannes (où il habite) jusqu'en Guadeloupe (arrivée à Pointe-à-Pitre début décembre). Escales à Madère, aux Canaries, au Cap-Vert et en Martinique. Environ 8000 kilomètres sur l'eau !
 
"Je veux transmettre de l'espoir en montrant que l'impossible est possible !"
 
Page facebook > Transat dans un Fauteuil
Twitter > @TransatFauteuil
 
Conçu. comme un exploit solidaire et une véritable expédition apprenante de 6 semaines sur les ressources infinies de l’être humain, cette traversée est totalement au profit de l’ARSLA, association nationale finançant la recherche et l’aide aux malades de la SLA depuis 30 ans (www.arsla.org), dont il est vice-président depuis 2013. Avec deux.objectifs : accroître la notoriété de la maladie de Charcot et favoriser la collecte de fonds pour l'ARSLA.
 
Marc Guillemot, coureur au large, est le parrain du projet. Son soutien est à la fois humain, technique, médiatique. Il a exprimé sa motivation avec des mots simples et directs : « J’aime soutenir ceux qui ne renoncent à rien. C’est pourquoi je suis aux côtés de Jean et de sa formidable équipe !"
 
Un exploit...
 
‎Après 5 ans de maladie, son organisme s'est considérablement fragilisé et il n'a pu sauver que ses mains de la paralysie (pour l'instant...) Tout changement d'habitude suppose un grand effort d'adaptation. Toute contrainte physique nouvelle a des répercussions multiples en terme de confort. L'immobilité prolongée a entraîné des complications multiples : dermatologiques, squelettiques, urinaires, intestinales, respiratoires, musculaires...
 
Sur terre, sa vie est déjà difficile. Alors, sur l'eau durant 6 semaines avec une météo imprévisible... vous imaginez ! C'est pourquoi il réalise son projet avec trois soignants afin de lui assurer un quotidien le moins inconfortable possible et de faire face à toute mauvaise surprise quand ils serons à 1000 ou 2000 kilomètres de toute côte ! Du matériel technique et médical est évidemment nécessaire. Le bateau bénéficie d'un aménagement temporaire (qu'ils doivent rendre dans son état d'origine à l'arrivée) : il logera dans le carré, les cabines étant inaccessibles pour lui !
 
Article : Coeur Handisport
Votre email
Mot de passe :

Flash

Publicité Google
Publicité Amazon
© 2015 - 2017 Coeur Handisport
Publicités

Envoyer un message

Nom/Prénom

Email

Saisir un email valide pour afficher la zone de message

- Ne pas enregistrer mes coordonnées

Votre message